Accéder au contenu principal

Judge Dredd : Année Un

Fruit du partenariat entre la maison d'édition étasunienne IDW et de son homologue britannique Rebellion, propriétaire du mensuel Judge Dredd Megazine (JDM) et de l'hebdomadaire 2000AD, Judge Dredd : Année Un, commercialisé en France par les éditions Reflexions, propose du matériel inédit mais écrit par deux piliers des magazines britanniques. (Quand bien même les quatre numéros qui composent ce recueil sont-ils avant tout, destinés au lectorat nord-américain).

.... En effet, le scénariste Matt Smith est l'actuel grand Manitou (editor) de 2000AD et du JDM, et Simon Coleby, le dessinateur, est un habitué des comics d'outre-Manche ; il est d'ailleurs au sommaire des derniers 2000AD (à partir du n°2073) pour l'excellente série Jaegir, dont il est le co-créateur avec le scénariste Gordon Rennie.

Comme le titre du recueil le laisse entendre, il s'agit d'une aventure d'un jeune Judge Dredd, frais émoulu de l'Académie.
Une manière simple et efficace de contenter les nouveaux lecteurs, principalement américains où Dredd ne fait pas vraiment partie du paysage culturel (malgré ses 40 ans d'exercice et deux long-métrages). Et les connaisseurs, car il s'agit d'une aventure originale mais qui reprend l'essence du personnage.  
Et une aventure plutôt très bien troussée.

Simon Coleby n'est pas plus en reste que son compère et livre une prestation artistique dont il a le secret. Son style, qui confère à n'importe quel scénario une ambiance âpre et anxiogène, est toujours une leçon de storytelling. Si je devais le rapprocher de dessinateurs plus connus qu'il ne l'est lui-même, je dirais qu'il est le meilleur compromis entre un excellent Mignola et un Jock au mieux de sa forme.
.... La jeune maison d'édition Reflexions tire habillement son épingle du jeu, et propose un recueil en tout point égal à ce que font ses concurrents plus anciens, du moins à ce que j'ai pu en juger, et dans la même gamme de prix :16,50 €.  

.... En définitive, Judge Dredd : Anné Un est très loin d'être anecdotique, et permet au personnage de renforcer sa présence hexagonale avec un certain panache.
Entre Delirium qui publie le matériel anglais, Urban Comics qui a commercialisé quelques uns des crossover entre Dredd et les personnages de DC Comics, et Wetta orienté sur des productions mêlant l'univers de Mega-City One et quelques uns des franchisés de l'éditeur Dark Horse, et donc les éditions Reflexions qui s'occupent du pendant éditorial américain de ses aventures ; celles & ceux qui veulent faire connaissance du flic le plus dur et le plus intègre de la meilleure bédé de la galaxie n'ont que l'embarras d'un choix. 
Traduction & lettrage Yoann Boisseau

Qui pour le coup pourrait facilement faire mentir Jean-Paul Sarte, lequel a déclaré : « choisir c'est renoncer ».      

Commentaires

  1. C'est pas pour faire ma grincheuse mais à quoi bon raconter encore une préquelle dont on se passait fort bien jusqu'alors - OK, pour conquérir le lectorat américain... Sauf qu'à vouloir lever le voile sur le passé de tel ou tel, loin d'enrichir le sujet, on lui ôte tout son mystère, alors oui, raconter, c'est renoncer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ce n'est pas un "prequel", c'est simplement une aventure du Judge Dredd, qui se déroule peu après sa sortie de l'Académie. Ça ne lève pas plus un voile, que l'actuelle aventure publiée ce mois-ci dans 2000AD.

      C'est juste une aventure, plutôt astucieuse et superbement dessinée.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…