Accéder au contenu principal

Judge Dredd : Année Un

Fruit du partenariat entre la maison d'édition étasunienne IDW et de son homologue britannique Rebellion, propriétaire du mensuel Judge Dredd Megazine (JDM) et de l'hebdomadaire 2000AD, Judge Dredd : Année Un, commercialisé en France par les éditions Reflexions, propose du matériel inédit mais écrit par deux piliers des magazines britanniques. (Quand bien même les quatre numéros qui composent ce recueil sont-ils avant tout, destinés au lectorat nord-américain).

.... En effet, le scénariste Matt Smith est l'actuel grand Manitou (editor) de 2000AD et du JDM, et Simon Coleby, le dessinateur, est un habitué des comics d'outre-Manche ; il est d'ailleurs au sommaire des derniers 2000AD (à partir du n°2073) pour l'excellente série Jaegir, dont il est le co-créateur avec le scénariste Gordon Rennie.

Comme le titre du recueil le laisse entendre, il s'agit d'une aventure d'un jeune Judge Dredd, frais émoulu de l'Académie.
Une manière simple et efficace de contenter les nouveaux lecteurs, principalement américains où Dredd ne fait pas vraiment partie du paysage culturel (malgré ses 40 ans d'exercice et deux long-métrages). Et les connaisseurs, car il s'agit d'une aventure originale mais qui reprend l'essence du personnage.  
Et une aventure plutôt très bien troussée.

Simon Coleby n'est pas plus en reste que son compère et livre une prestation artistique dont il a le secret. Son style, qui confère à n'importe quel scénario une ambiance âpre et anxiogène, est toujours une leçon de storytelling. Si je devais le rapprocher de dessinateurs plus connus qu'il ne l'est lui-même, je dirais qu'il est le meilleur compromis entre un excellent Mignola et un Jock au mieux de sa forme.
.... La jeune maison d'édition Reflexions tire habillement son épingle du jeu, et propose un recueil en tout point égal à ce que font ses concurrents plus anciens, du moins à ce que j'ai pu en juger, et dans la même gamme de prix :16,50 €.  

.... En définitive, Judge Dredd : Anné Un est très loin d'être anecdotique, et permet au personnage de renforcer sa présence hexagonale avec un certain panache.
Entre Delirium qui publie le matériel anglais, Urban Comics qui a commercialisé quelques uns des crossover entre Dredd et les personnages de DC Comics, et Wetta orienté sur des productions mêlant l'univers de Mega-City One et quelques uns des franchisés de l'éditeur Dark Horse, et donc les éditions Reflexions qui s'occupent du pendant éditorial américain de ses aventures ; celles & ceux qui veulent faire connaissance du flic le plus dur et le plus intègre de la meilleure bédé de la galaxie n'ont que l'embarras d'un choix. 
Traduction & lettrage Yoann Boisseau

Qui pour le coup pourrait facilement faire mentir Jean-Paul Sarte, lequel a déclaré : « choisir c'est renoncer ».      

Commentaires

  1. C'est pas pour faire ma grincheuse mais à quoi bon raconter encore une préquelle dont on se passait fort bien jusqu'alors - OK, pour conquérir le lectorat américain... Sauf qu'à vouloir lever le voile sur le passé de tel ou tel, loin d'enrichir le sujet, on lui ôte tout son mystère, alors oui, raconter, c'est renoncer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ce n'est pas un "prequel", c'est simplement une aventure du Judge Dredd, qui se déroule peu après sa sortie de l'Académie. Ça ne lève pas plus un voile, que l'actuelle aventure publiée ce mois-ci dans 2000AD.

      C'est juste une aventure, plutôt astucieuse et superbement dessinée.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…