Accéder au contenu principal

Judge Dredd : Année Un

Fruit du partenariat entre la maison d'édition étasunienne IDW et de son homologue britannique Rebellion, propriétaire du mensuel Judge Dredd Megazine (JDM) et de l'hebdomadaire 2000AD, Judge Dredd : Année Un, commercialisé en France par les éditions Reflexions, propose du matériel inédit mais écrit par deux piliers des magazines britanniques. (Quand bien même les quatre numéros qui composent ce recueil sont-ils avant tout, destinés au lectorat nord-américain).

.... En effet, le scénariste Matt Smith est l'actuel grand Manitou (editor) de 2000AD et du JDM, et Simon Coleby, le dessinateur, est un habitué des comics d'outre-Manche ; il est d'ailleurs au sommaire des derniers 2000AD (à partir du n°2073) pour l'excellente série Jaegir, dont il est le co-créateur avec le scénariste Gordon Rennie.

Comme le titre du recueil le laisse entendre, il s'agit d'une aventure d'un jeune Judge Dredd, frais émoulu de l'Académie.
Une manière simple et efficace de contenter les nouveaux lecteurs, principalement américains où Dredd ne fait pas vraiment partie du paysage culturel (malgré ses 40 ans d'exercice et deux long-métrages). Et les connaisseurs, car il s'agit d'une aventure originale mais qui reprend l'essence du personnage.  
Et une aventure plutôt très bien troussée.

Simon Coleby n'est pas plus en reste que son compère et livre une prestation artistique dont il a le secret. Son style, qui confère à n'importe quel scénario une ambiance âpre et anxiogène, est toujours une leçon de storytelling. Si je devais le rapprocher de dessinateurs plus connus qu'il ne l'est lui-même, je dirais qu'il est le meilleur compromis entre un excellent Mignola et un Jock au mieux de sa forme.
.... La jeune maison d'édition Reflexions tire habillement son épingle du jeu, et propose un recueil en tout point égal à ce que font ses concurrents plus anciens, du moins à ce que j'ai pu en juger, et dans la même gamme de prix :16,50 €.  

.... En définitive, Judge Dredd : Anné Un est très loin d'être anecdotique, et permet au personnage de renforcer sa présence hexagonale avec un certain panache.
Entre Delirium qui publie le matériel anglais, Urban Comics qui a commercialisé quelques uns des crossover entre Dredd et les personnages de DC Comics, et Wetta orienté sur des productions mêlant l'univers de Mega-City One et quelques uns des franchisés de l'éditeur Dark Horse, et donc les éditions Reflexions qui s'occupent du pendant éditorial américain de ses aventures ; celles & ceux qui veulent faire connaissance du flic le plus dur et le plus intègre de la meilleure bédé de la galaxie n'ont que l'embarras d'un choix. 
Traduction & lettrage Yoann Boisseau

Qui pour le coup pourrait facilement faire mentir Jean-Paul Sarte, lequel a déclaré : « choisir c'est renoncer ».      

Commentaires

  1. C'est pas pour faire ma grincheuse mais à quoi bon raconter encore une préquelle dont on se passait fort bien jusqu'alors - OK, pour conquérir le lectorat américain... Sauf qu'à vouloir lever le voile sur le passé de tel ou tel, loin d'enrichir le sujet, on lui ôte tout son mystère, alors oui, raconter, c'est renoncer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ce n'est pas un "prequel", c'est simplement une aventure du Judge Dredd, qui se déroule peu après sa sortie de l'Académie. Ça ne lève pas plus un voile, que l'actuelle aventure publiée ce mois-ci dans 2000AD.

      C'est juste une aventure, plutôt astucieuse et superbement dessinée.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …