Accéder au contenu principal

Abimagique [Lucius Shepard / Jean-Daniel Brèque / Aurélien Police]

Si la brève postface de l'ouvrage, rédigée par l'auteur lui-même d'Abimagique, vaut à elle seule l'achat de ce nouveau volume de la collection Une Heure-Lumière™, le récit qui s'intéresse au personnage éponyme n'est pas pour autant à négliger.
Au contraire.
Traduit par Jean-Daniel Brèque, dont je crois savoir qu'il est un amateur passionné de Lucius Shepard, Abimagique est un texte, qui selon moi, relève du « thriller métaphysique », selon la définition qu'en donnent Patricia Merivales & Suzanne Elizabeth Sweeney. Mâtiné ici d'une contrainte quasi oulipienne : une narration à la deuxième personne du singulier (dont ceux qui liront la postface en question, connaîtront l'importance dans le processus créatif dudit texte).

       Le narrateur, sorte de  « détective malgré lui », fait de son récit une forme postmoderne du récit policier classique (une des définition possible du « thriller métaphysique »), lequel questionne la formation du monde et la place de l'être (au sens philosophie) en son sein. En une petite centaine de pages, un joli tour de force :
Et cela, au travers d'une enquête qui détourne et parodie les codes du récits policier traditionnel.

Si la contrainte oulipienne intensifie l'expérience de lecture, à l’anxiété croissante ; elle créée aussi, et surtout, grâce aux limites qu'imposent son point de vue, une zone d'incertitude qui interroge la nature même du discours fictionnel.
Le narrateur a-t-il découvert quelque chose, ou l'a-t-il imaginé ?

L'absence de clôture narrative (élément quasi consubstantiel au « thriller métaphysique ») achève d'accentuer la reconnaissance de son ignorance (et par extension, la notre).


       Abimagique est un récit particulièrement réussi, dont la brièveté en est le gage, mais aussi sa condition incontournable.  
Aurélien Police, dont le talent crève paradoxalement les yeux, signe sûrement ici l'une de ses plus belles couvertures. 
Un sans-faute pour ce vingt-deuxième numéros d'une collection, décidément incontournable. (Lequel cite, soit dit en passant, l'excellente série de bande dessinée Promethea d'Alan Moore).

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®