Accéder au contenu principal

Umbrella Academy t3 [Hôtel Oblivion]

Gabriel Bá est de ces dessinateurs qui rendraient captivant un annuaire téléphonique, si on lui demandait d'en tirer une BD. 
Dans ce nouveau recueil de l'Umbrella Academy, commercialisé par Delcourt et traduit par Jérôme Wicky, il bénéficie des magnifiques couleurs de Nick Filardi (en remplacement de Dave Stewart). 
Et si j'en crois le paratexte, de la direction artistique de Gerard Way sur une bonne partie des personnages. 

Quant au scénario, « L'Hôtel de l'oubli » en fait l'impasse. 

En effet, les 7 numéros originaux, découpés en autant de chapitres, amalgament des scènes plus ou moins longues, concernant les différents personnages principaux. Lesquelles peinent à raconter quoi que ce soit d'intéressant. Et de concerté. 

« L'Hôtel de l'oubli » est une métaphysique du concave, (heureusement) transcendée par le talent de son dessinateur et de son coloriste. La forme prend ici définitivement le pas sur le fond, et comme nous l'apprend le troisième numéro ; « le voyage en ascenseur, en général, offre cependant un éventail de trajets plus limité ». 

Reste que l'approche postmoderne de l'ensemble amusera les détectives de l'inutile. 
J'ai ainsi beaucoup aimé la référence incongrue à « Judgement Day », une courte BD parue en son temps dans un numéro de Weird Fantasy
Un clin d’œil qui ne joue pas vraiment en faveur du scénariste Gerard Way, vu ce que racontait Al Feldstein, en seulement 7 pages. 

« L'Hôtel de l'oubli » est en définitive un magnifique portfolio vendu 17,95 €, dont je ne doute pas qu'avec une telle carte de visite Gabriel Bá et Nick Filardi trouveront toujours du travail. 
Pour Gerard Way, tant qu'il aura d'aussi talentueux artistes à ses côtés, ça ne devrait pas poser de problème non plus. 

Verdict : 3 Étoiles, dont une mention au Guide du routard galactique™

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®