Accéder au contenu principal

Stern [L'Ouest, le vrai] Frédéric & Julien Maffre

Magnifique idée que d'avoir fait du personnage principal de cette série un croque-mort. Alors même que son rôle est plutôt d'exhumer ce qui a fait de l'Ouest (américain) ce qu'il est aujourd'hui.
Ce troisième tome, écrit par Frédéric Maffre et dessinée par Julien, son frère, est un concentré des ingrédients qui ont été à l’œuvre de la légende. 
« L'Ouest, le vrai » met en effet en scène un héros de dime novel, ces fascicule bon marché (une dime valait 10 cents) qui vendaient du rêve à l'Est du pays. Autrement dit sa partie dite civilisée.
Dire que les dime novels ont participé à la conquête de l'Est n'est pas qu'une amusante figure de style.
C'est en effet dans ces revues que par exemple, Buffalo Bill a construit sa légende, et qu'il est ensuite lui-même devenu un bâtisseur au travers de ses spectacles, les célèbres « Wild West Shows ».
Lesquels ont largement servi de modèle aux westerns cinématographiques. 
Entendu que le « héros », a toujours besoin d'être médiatisé pour en devenir un.

Ce n'est pas un hasard non plus si cette histoire se situe en 1882.

Historiquement la « Frontière » a pris fin 8 ans plus tard, et Morrison, la ville du Kansas dans laquelle se déroule l'action, est encore une ville de l'entre-deux, une ville de la « Frontière ».
Ce terme, à ne pas confondre avec celui de border, qui lui exprime le même sens que nous donnons à la frontière qui sépare au moins deux pays, est ce qui d'après l'historien F. J. Turner, était l'essence même de l'américanité. Une théorie exprimée lors d'un discours inaugural donné au moment de la Columbian World's Fair de Chicago, en 1893.
Alors même que le spectacle de Buffalo Bill se tenait en bordure de cette manifestation culturelle, et anniversaire.

Plus prosaïquement, la « Frontière » donc, était la zone mouvant se dirigeant inexorablement vers l'Ouest du pays, transformant la sauvagerie (wilderness) en civilisation. 
Ni totalement civilisée, ni totalement sauvage ; la « Frontière » c'est la légende qu'a laissé la Conquête de l'Ouest dans l'imaginaire collectif étasunien. Et par extension dans l'imaginaire collectif occidental.

Un entre-deux en passe de devenir diégétique encore en 1882, ce qu'exprime parfaitement cet album. Dont le personnage principal est, comme par hasard, un amateur de livres.
« L'Ouest, le vrai » abat donc avec adresse toutes les cibles de la légende : le pistolero, le(s) duel(s), le bordel, etc., le tout modélisé par la courbe hippocratique cher aux storytellers.
À savoir, d'un commencement où il ne se passe rien ou presque (la bonne santé), à un point culminant (la fièvre maximale), pour terminer par un état incertain où le mal (la maladie) peut être ou non, jugulé. Cette courbe de Gauss™, un schéma narratif quasi incontournable des récits de genre, est modelée sur un comportement biologique commun à toute l’espèce humaine (analysé très tôt par Hippocrate).
Raison certainement pour laquelle il est aussi fiable et populaire.     
       Mais « L'Ouest, le vrai » est d'abord et avant tout, une excellente histoire dans laquelle Julien & Frédéric Maffre dépassent ce qui structure d'ordinaire la plupart des histoires. Grâce à ces effets de réels, qui cohabitent heureusement avec le romanesque attendu du genre, cet album risque d'en combler plus d'un.

Or donc pas besoin d'être un aficionado de l'Histoire de l'Ouest pour goûter toutes les subtilités de cet excellent western. Ni d'avoir un doctorat en médecine.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®