Accéder au contenu principal

Analog [Gerry Duggan / David O'Sullivan]

Situation : Dans un futur très proche du notre, 2024, le monde de la série « Analog© » a toutefois sévèrement changé. En effet, suite au « Great Doxxing », autrement dit la divulgation d'informations privées, à une échelle jamais vue, et pour cause ; plus personne ne fait confiance au World Wide Web™.
Et les informations confidentielles sont désormais acheminées, sous une forme essentiellement physique, via des transporteurs humains. 

Mission : « Analog© », série à suivre commercialisée par Image Comics™ outre-Atlantique, s'intéresse principalement à Jack McGinniss, l'un des ces transporteurs. 
Toutefois, McGuinniss a des secrets bien à lui, en plus de ceux qu'il transporte aux quatre coins du monde. Ce personnage principal est entouré d'un cercle restreint de proches, et de quelques individus moins proches, dont l'un est sans conteste sa Némésis.

Exécution : D'abord envisagée sous la forme d'un roman, « Analog© » sera finalement publiée sous la forme d'une série de bandes dessinées, permettant ainsi à son créateur, dixit Gerry Duggan himself, de contextualiser cette histoire gafaïenne au plus près de l’actualité. 
Créateur/propriétaire de son projet, il peut en effet faire à peu près ce qu'il veut. 
La plus belle (double) planche du recueil

Place de chacun : Duggan, scénariste connu notamment pour ses travaux de commande chez l'éditeur Marvel™, s'associe ici avec un nouveau venu à la planche à dessin ; David O'Sullivan. 
Embellis par les couleurs de Jordie Bellaire (sur le premier numéro), les dessins d'O'Sullivan restent toutefois très raides. Et son storytelling, plutôt timide, n'invite guère à la contemplation de ses planches (sauf sur la plus réussie d'entre elle supra). En un mot comme en 100, ce n'est pas pour les dessins qu'on en vient à lire « Analog© ». 
Ça ne sera pas pour le scénario non plus !
Sous-titrée, « a cyber-dystopian noir » la série promet en effet plus qu'elle ne tient. 

Passée la belle idée de départ, le discours critique de la société, promis par l'épithète « noir », est très mince (pour rester poli).  Et surtout très très convenu.

En outre, le premier tome de la série, qui regroupe les cinq premiers numéros, se lit très vite, une rapidité qui tient principalement à une absence criante de complexité. Un comble pour un sujet qui l'est justement. La minceur psychologique des personnages n'aide pas à ralentir la lecture non plus. 

C'est finalement assez triste de voir un scénariste qu'on apprécie, tenter sa chance du côté du « creator ownship », et de le voir accoucher d'une histoire moins intéressante que ce qu'il produit d'habitude sur commande, avec des personnages pourtant usés jusque la corde.
Sa « dystopie noir » n'aurait d'ailleurs pas dénoter si elle avait été publié dans un paperback de la grande époque. Et ce n'est pas Jack McGinnis qui me détrompera !
Rien de répréhensible à cela, mais quitte à vouloir coller à l'actualité gafaïenne, autant éviter de donner à lire une histoire qui semble si datée.

Commentaires

  1. Exactement le même ressenti que toi : pas beaucoup de noir et encore moins de réflexion sociologique, et des dessins sans panache ni beaucoup de personnalité. Du coup, je ne sais pas encore si je serai assez curieux pour essayer Dead Eyes son autre série Image Comics, dessinée par John McCrea. En termes d'anticipation sur la généralisation des réseaux sociaux couplée à l'überisation, j'ai de loin préféré le premier tome de Crowded, par Christopher Sebela & Ro Stein.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. John McCrea c'est tout de même un autre registre.
      Il me semble que Dead Eyes est la refonte d'un titre commun avec Duggan, précédemment annulé par Image, intitulé Dead Rabbit ?
      Une histoire de copyright sur le nom, je crois.

      En tout cas merci de tes commentaires, d'autant que Crowed était passé sous mon radar. Si j'en ai l'occasion j'y regarderai de plus près.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®