Accéder au contenu principal

Republic Commando : Hard Contact [Karen Traviss]

Clonés à partir du matériel génétique du chasseur de prime Mandalorien Jango Fett, les commandos de la République® travaillent en petites unités dans le cadre d’opérations spéciales. 
Après la bataille de Geonosis, quatre clones (Darman, Fi, Niner et Atin) ayant chacun perdu leurs frères d’arme, sont réunis par le maître Jedi Arligan Zey pour effectuer une opération de sabotage sur la planète Qiilura. Laquelle planète abrite un laboratoire en passe de produire une arme biologique dévastatrice. 
Forcément, pour les quatre rescapés dépêchés, rien ne se passera comme prévu. 
« Bien que tout soit simple à la guerre, 
les choses les plus simples y sont difficiles » 
Carl von Clausewitz 
            Karen Traviss coupe l’un des quatre clones de ses camarades, tout en les éloignant de leur point de ralliement. Ce qui ne devait être qu’un simple « coup de main » rapide, se transforme en crapahute en terrain hostile ; manière élégante pour l’autrice de creuser la personnalité de ses personnages, et d’approfondir le quotidien de troupes qui d’ordinaire ne sont que de la « chair à canon » anonyme. 
«Republic Commando : Hard Contact » ne nécessite pas de connaitre par cœur les caractéristiques de l’univers étendu de la « Guerre des étoiles ». 
En effet, l’autrice introduit tout ce que l’on doit savoir, et construit elle-même le reste. Un « Gun & Planet » solide, écrit par quelqu’un qui connait visiblement son affaire. 
Ce qui ne m’a pas semblé être le cas de la traductrice de l'édition du Fleuve noir™. 
            Échaudé par les quelques pages de l’édition française que j’ai pu lire, commercialisée sous le titre de Republic Commando : Contact Zéro, je me suis rabattu sur la version originale. Outre une très visible méconnaissance de la chose militaire de la part de la traductrice, certains passages semblent écrits à la truelle, quand ce ne sont pas de simples mais ennuyeux contresens. 
            Si je ne peux que recommander ce premier tome (sur les quatre que compte le cycle), je ne peux guère vous orienter vers la version française compte tenu de ma triste expérience. 
Ceci dit j’ai vérifié ce qu’en disaient les critiques, et aucune ne mentionne - à ma connaissance – les griefs que je lui fais. Dont acte !
Toutes cependant sont unanimes pour louer le travail de Karen Traviss. Un concert auquel je me joins sans regimber. 
(À suivre ……)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d