Accéder au contenu principal

Judge Dredd [Ghosts] 2000AD

.... Une intervention banale de Dredd prend un tour inattendu lorsqu'il apprend la mort d'une enfant entrée à l'Academy of Law.

« Ghosts », scénarisée par Michael Carroll – dont j’aime assez le style – aurait pu durer plus que les 36 planches dont elle a bénéficié. Plutôt que de tirer à la ligne, Carroll resserre son intrigue en faisant des choix qui retiennent l’attention autant qu’ils dépeignent le contexte dans lequel elle se déroule, sur le mode du « show, don’t tell ». 

En très peu de pages donc, on s’immerge dans les « us & coutumes » de Mega-City One avec une facilité déconcertante ; quand bien même étions-nous ignorant de son existence avant de nous y plonger. 

« Ghosts » bénéficie, outre le savoir-faire d’un scénariste qui connaît son travail, des dessins de Mark Sexton. 
Sens du détail et mise en récit astucieuse & dynamique, le plan-séquence (si j’ose dire) ci-dessous est assez bluffant (et tout à fait représentatif de son travail) :



À l’image de l’ensemble des planches qui composent cette histoire. 

.... Une plus-value artistique (encore rehaussée par l’excellent travail de Len OGrady à la colorisation) qui permet à « Ghosts » d’obtenir la mention « Très bien », et de me laisser un excellent souvenir.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er