Accéder au contenu principal

Message from the King

.... Avec un pitch de moins de 25 mots, et un cheptel de personnages plus clichés les uns que les autres, le film du réalisateur Fabrice Du Weltz n'avait guère d'atouts à faire valoir. Sans parler du « mystère » entourant Jacob King (alias Chadwick Boseman), dont la maladresse avec laquelle il est introduit est égale à son effet.
Et pourtant, Message from the King est un film que j'ai pris beaucoup de plaisir à regarder (et dont je sais d'avance que j'en prendrai autant à le revoir).

Les acteurs principaux, Chadwick Boseman en tête, très marmoréen (si j'ose dire), incarnent avec conviction leur personnage respectif. Ils leur donnent la dimension humaine nécessaire que leur statut de stéréotype aurait pourtant tendance à gommer. 
La simplicité du récit n'est pas non plus avare d'une certaine tension, plutôt attractive, alors même que ce type de scénario a été vu et revu.
Teresa Palmer
.... Au final, un résultat très au-dessus de la somme des éléments scénaristiques qui le composent. Filmé avec quelques séquences dont la tonalité détonne - étrangement - avec la sécheresse générale de la réalisation, et qui contre toute attente - là encore - augmentent le capital sympathie de ce long-métrage. Une sorte de western contemporain, qui fait parfaitement le job.  

Commentaires

  1. J'avais été un brin déçu du déroulement classique du film tout en étant grisé par l'approche formelle déployée pour le filmage de ce Los Angeles poisseux vu à hauteur de la rue via le regard du charismatique Chadwick Boseman. Pour prolonger la vision du film, voici un entretien très intéressant du prolixe réalisateur Fabrice Du Welz qui revient en détails sur son aventure américaine (http://www.courte-focale.fr/cinema/entretiens/itv-fabrice-du-welz-message-from-the-king/) dont il livre quelques clés passionnantes, notamment dans sa collaboration avec la chef opératrice Monika Lenczewska sur l'image particulière et une post-production compliquée. J'ai été abasourdi par l'anecdote sur le choix de filmer en plan-séquence les scènes de combat qui ne sont pas visibles dans le montage final puisque la production a demandé des inserts supplémentaires pour ces séquences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma journée s'ensoleille par la grâce de ta visite amigo. Merci pour ton retour sur ce film, et merci pour le lien vers l'ITW.

      En te lisant je ne peux qu'être d'accord avec toi (sauf que le déroulement classique ne m'a pas déçu).

      Vaya con Dios!!!
      [-_ô]

      Supprimer
  2. Excellent film, en effet. Une série B sèche, brutale, stylisée ce qu'il faut. Je ne suis pas un fin connaisseur de la filmo de Du Welz, mais je vais me pencher sur ses œuvres que je ne connais pas encore... Et Chadwick Boseman est effectivement ultra-charismatique, et parfait dans le rôle.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er