Accéder au contenu principal

The American Way (Ridley/Jeanty) WildStorm

…. Manière de s’approprier un genre dont la surexploitation rend assez difficile d’y cultiver une voie/voix singulière, et par la même occasion d’asseoir les bases de son propre récit, The American Way pose deux raisons d’être à l’avènement des super-héros dans la société où ils prennent place, déconnectée de tout autres univers connus où ils existent déjà. 

L’une s’inscrit dans l’époque durant laquelle se déroule les 8 numéros de la série de manière évidente, sans être totalement originale, et justifie - astucieusement - la seconde idée qui elle, donne un ton nouveau au phénomène né en 1938 et relancé péniblement mais avec beaucoup de succès, en 1956 [Showcase #4].
The American Way n'est pas avare de citations
Toutes aussi intéressantes que soient ces deux idées, elles n’occupent toutefois que l’arrière-plan (très productif en terme de diégèse cependant) de la série, dont le vrai sujet est la place qu’occupaient les Africains-Américains dans la société américaine des sixties.

Et par ricochet si je puis dire, dans celle d’aujourd’hui, celle du 21ème siècle.

Si le sujet n’a rien de réjouissant, George Jeanty, Karl Story et Randy Mayor (pour ne citer que les principaux intervenants) qui s’occupent de la partie artistique proprement dite de la série (publiée par l'éditeur WildStorm en 2006) lui donnent a contrario un côté lumineux, presque naïf. 
Cet aspect solaire et le sujet plutôt sombre rendent néanmoins un panorama très juste (me semble-t-il) de cette l’époque où tous les rêves étaient semblaient possibles alors même la « réalité » démentait ces aspirations idylliques et utopiques (Guerre froide, assassinat de JFK, guerre dite du « Vietnam », etc.). Cela dit, c’est le propre de toutes les « époques » que d’avoir un spectre plus nuancé que l'idée qu'on peut s'en faire de manière superficielle, a posteriori.
Ridley dit avoir eu l'idée de sa série après avoir lu une anecdote sur le projet spatial Mercury
…. The American Way aussi réussie soit-elle, n’est toutefois pas totalement aboutie. 
Elle contient si j’ose dire, les faiblesses de ses qualités. Autrement dit John Ridley (également scénariste oscarisé, et auteur de The Authority : Humains malgré tout, entre autres) laisse en friche (par manque de place) pas mal des idées qui lui ont permis de construire le contexte de cette aventure. 

Rien qui ne soit pour autant déterminant, mais qui laisse un goût de trop peu. 

Heureusement (?), depuis le mois de juillet de cette année il a remis le couvert pour six nouveau numéros, cette fois-ci dans la collection Vertigo de DC Comics (éditeur propriétaire des univers WildStorm depuis quelques années). 

(À suivre …….)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er