Accéder au contenu principal

JERUSALEM (Alan Moore) le livre

Couverture de Rémi Pépin
.... Acheté (28,90€) avec 1 jour d'avance (par rapport à sa sortie officielle), son sous-texte (?) l'imposait, le deuxième roman d'Alan Moore : 1 kg 146, 1252 pages de texte (hors sommaire, remerciements, etc.), traduit par Claro - visiter le blog qu'il a tenu sur son travail vaut le détour* [Pour en savoir +] - a été entamé avec une intense satisfaction. Pensez, 10 ans ou presque que je l'attends ; j'avais même anticipé son contenu, ou tenté de le faire, en en faisant une « autopsie » bien avant sa parution (sur le site SUPERPOUVOIR.Com avant qu'il ne s'évanouisse dans les limbes), en collectant les renseignements disponibles à l'époque.

Autre raison de me réjouir, cette sortie française est l'occasion d'un coup de projecteur inattendu des médias hexagonaux sur l'auteur & son travail : Les Inrockuptibles, Le Point, France Inter (l'interview dans sa version longue [Pour en savoir +], ARTE (etc. ?). Rien qu'un amateur éclairé (et un peu anglophone) ne sache déjà, néanmoins au détour d'une phrase, une idée retravaillée (ou que l'on n'a pas déjà remarquée) se pointe ....

Quant au roman lui-même, arrivé pour l'instant à la page 214 je suis à la fois captivé et en terrain connu. En effet, les (presque) sept chapitres lus me rappellent son précédent roman La Voix du feu (traduit par l'ami et excellent traducteur Patrick Marcel**). Toutefois Moore y apporte ici une subtilité supplémentaire. Il est cependant bien trop tôt pour en dire plus.

.... Bien que ce blog ait déjà moult interviews (en français) du magicien de Northampton, je me permets d'en ajouter un nouveau qui est - peut-être - passé sous le radar des amateurs. 
Il a paru dans le sixième numéro de la revue Le Believer, aux éditions Inculte, éditeur grâce à qui nous pouvons aussi lire Jerusalem en français, daté « automne-hiver 2015-2016 », et conduit par Peter Bebergal, sous la traduction de Yoko Lacour (merci à eux) :









 Cette numérisation a été faite sans l'accord des éditions Inculte, qui j’espère fermeront les yeux.
______________
*Ainsi que cet entretien [Pour en savoir +]

**Savoir qu'un auteur qu'on aime mais dont on ne peut/veut se coltiner la langue (mon anglais me semble bien trop rudimentaire pour cela), surtout lorsqu'elle est un enjeu d'une telle ampleur, est traduit par des individus comme que Claro ou Patrick Marcel , est très rassurant, 

Commentaires

  1. Merci pour ces entretiens d'Alan Moore et Claro à côté desquels j'étais passé, voilà de la lecture passionnante en perspective. Je n'ai pas encore acheté Jérusalem mais je suis aussi agréablement surpris de l'engouement médiatique autour de la sortie du nouveau roman de Moore, une couverture dont n'avait pas bénéficié La voix du feux en son temps me semble-t-il. Ce coup de projecteur associé à une mise en place conséquente, du moins pour ce que je peux en juger dans les quelques échoppes parisiennes visitées (pas loin d'une quinzaine d'exemplaires répartis sur plusieurs étals à la fnac des Halles par exemple), me laisse espérer sinon un bon accueil public au moins que cet ouvrage pharaonique ne soit pas boudé comme l'a été son prédécesseur.

    RépondreSupprimer
  2. L'émission "Mauvais Genres" de samedi dernier (le 02 septembre) était également consacré à "Jérusalem", Claro ayant été invité à s'exprimer sur le travail de Moore et le sien propre. Je suis moi aussi également surpris par l'engouement autour de cette sortie (j'exclue du lot "Mauvais Genres", qui avait largement relayé la sortie de "Lost Girls" en 2008, via un entretien-fleuve avec Moore), certains annonçant carrément le roman comme la sortie la plus importante au rayon littérature étrangère en cette rentrée... C'est rien de dire que "La Voix du Feu" avait été loin de susciter le même engouement.
    J'ai également commencé à le lire (je suis au début des "Boroughs", pas très avancé donc) et je suis moi aussi déjà sous le charme. Cette lecture est un challenge, mais de ceux auxquels on se soumet avec plaisir.
    Je consacrerai cet automne une émission (à la radio) à ce monument.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas été très emballé par l’émission que Mauvais genres à consacrée à Claro. Je n'ai rien appris sur son travail de traducteur concernant ce roman. Plutôt frustrant.

      En effet Mauvais genres avait interviewé Moore pour la sortie de Lost Girls (j'ai d'ailleurs mis en ligne sur ce blog la première partie de l'entretien, le second s'est bêtement perdu sur l'un de mes DDE), dommage de ne pas avoir remis ces deux entretiens en ligne.

      Bref, assez déçu du travail d'Angelier et de son équipe pour cette sortie de Jerusalem.

      Sinon sympa de te revoir par ici amigo.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er