Accéder au contenu principal

Afterland [Lauren Beukes / Laurent Philibert-Caillat]

Chère madame Beukes, 
            Si c'est la première fois que je prends le temps de vous écrire, sachez que vous occupez mes pensées à chacune des commercialisations de vos romans dans l'Hexagone. Et même souvent un peu avant, et un peu après le temps qu'il me faut pour les lire. 
J'ai également lu quelques-unes des bandes dessinées que vous avez écrites pour l'éditeur américain DC Comics™, avec le même plaisir. 
            Votre nouveau roman, traduit par Laurent Philibert-Caillat pour le département Imaginaire d’Albin Michel™, a encore une fois retenu mon attention. Son entrée en matière, aussi saisissante que de surprendre un carjacking au détour d'une rue mal éclairé de Joburg (alors même que votre récit se déroule essentiellement aux U.S.A.), n'est pas pour rien dans son attrait, lequel ne diminue jamais pendant ses presque 500 pages. S'il est vraisemblable que je ne serai pas le seul à penser à deux autres romans très marquants, qui n'ont pas dû vous échapper non plus, en ce qu'ils émettent sur des fréquences proches du vôtre (La Route de Cormac McCarthy et La servante écarlate de Margaret Atwood),« Afterland », qui devait précédemment s'intituler Motherland, adopte néanmoins un ton qui n'appartient qu'à lui. 
            Ainsi, l'androcalypse virale qui vous décrivez (imaginée bien avant l'arrivée de la COVID-19) ne promet pas un meilleur avenir, sous prétexte que la majorité de la population restante ne serait composée que de femmes. 
De plus l'instinct maternel qui ne quitte jamais votre héroïne risque de faire passer « Afterland » pour un méchant roman réac (pléonasme). Un sentiment qui ira s’exacerbant si d’aventure d’autres lecteurs que moi y voient aussi le regard ironique que vous portez sur l’idéologie woke. Quand bien même prenez-vous le soin d’ironiser sur - je cite – les « racistes homophobes scotchés à Fox News » ; la citation suivante épingle cependant tout un pan du wokisme qui ne reconnait aucune validité à la biologie, notamment les petits soldats de la théorie du genre : « le VCH ne fait aucune discrimination de race, de classe, de religion, de sexualité ou d'identité de genre. ». 
Les militants de cette idéologie belliqueuse, que tout offense, n’en croirons sûrement pas leurs yeux en lisant que l’un de vos personnages (féminin, faut-il le préciser) s’exclame : « Entendez-moi : viendra un jour où l'on regrettera les photos de bites que nous envoyaient les collègues entreprenants ! ». Contextualisée, cette déclaration prend cependant un sens nettement moins provocateur qu’il n’y parait.
            Tout aussi subjectif, mais sûrement plus fédérateur « Afterland » réussit la gageure de maintenir l’aiguille du suspense dans le rouge tout au long de son périple. La diversité des trois points de vue, et leurs différentes interactions entre eux, et avec toute une théorie de personnages parfois juste esquissés, mais toujours croqués avec précision, donne un élan qui ne faiblit jamais. Autre point important, l’héroïne ne se drape jamais dans le camp majuscule du Bien. 
Vous prenez bien soin d’en faire un être humain, pas forcément meilleur que ses adversaires. Lesquelles ne sont jamais non plus de simples faire-valoir. 
            Au final « Afterland » est un excellent roman d’aventure qu’on n’abandonne qu’avec réticence, un thriller Sf sur la résilience, doublé d’un discours politique qu’on peut tout aussi bien ne pas voir, sans que le plaisir de lecture en pâtisse. 
Par contre, l’édition française aurait - à mon sens - gagné à lui choisir un premier plat plus conceptuel. En effet la très belle couverture d’Aurélien Police me parait bien trop explicite quant à l’identité de deux des personnages principaux. Un détail certes, mais paraît-il que le Diable s’y cache souvent. 
 
Cordialement, votre lecteur admiratif Artemus Dada.
Cybérie le 22 janvier 2022.

 
P-S : Tous mes remerciements à Gilles Dumay du département Imaginaire des éditions Albin Michel pour sa confiance.

Commentaires

  1. J'en suis à la moitié, et je suis moins enthousiaste. Même si j'ai du mal à le lâcher, j'ai envie de savoir ce qui va se passer mais je reste sur ma faim, cette longue course sans fin me semble par moment infinis bale.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas si je le lirai mais les citations m’ont bien fait rire. C’est déjà ça.
    J’y viendrai peut-être.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect