Accéder au contenu principal

Les Fanatiques : histoire de l'armée rouge japonaise [Michaël Prazan]

C’est à une histoire peu connue, voire totalement méconnue, à laquelle nous convie de nous intéresser Michaël Prazan dans son essai au titre pour le moins très explicite « Les Fanatiques : histoire de l'armée rouge japonaise » paru au Seuil™ en 2002. 
            Un mouvement d’extrême-gauche supplémentaire me direz-vous, comme en ont enfanté les années 1960, et plus précisément 1968 - année révolutionnaire même au Japon
Certes. 
            Mais ce qui caractérise ce mouvement contestataire étudiant c’est l’internationalisation de ses actions, induite il est vrai par un traité de défense renouvelé en 1960 qui lie le Japon et les U.S.A. (Anpo), notamment en ce qui concerne l’aide apportée de l'archipel nippon durant la guerre du Vietnam
Rapidement en effet l’Armée rouge japonaise (ARJ), du moins certains de ses membres, rejoindront les camps d’entraînement du Front pour la libération de la Palestine (FPLP) sis dans la plaine de la Bekaa au Liban. Ceux-là, ou d’autres recrutés plus tard, feront ainsi équipe avec le terroriste Carlos (alias Ilich Ramirez Sanchez). 
Mais surtout l’ARJ exécutera le premier attentat-suicide du terrorisme mondial jamais perpétré. 
            Ce qui fera dire à Mouammar Kadhafi, alors au pourvoir en Lybie, au lendemain du 30 mai 1972 : « que les opérations de Fedayin ne soient pas seulement pratiquées par des Japonais : pourquoi les Palestiniens ne seraient-ils pas capables d'exécuter de telles opérations ? On les voit écrire plein de théories dans des livres ou des magazines, mais ils sont incapables de pratiquer des opérations aussi courageuses que celle effectuée par des Japonais venus de l'océan Pacifique. ». 
On connait la suite, (pour info, le mot fedayin signifie littéralement « prêt à se sacrifier »).  
            Funeste rappel de ce que les jihadistes islamiques devaient à l’ARJ et à l’attentat de l’aéroport de Lod (devenu l’aéroport international David-Ben-Gourion) ; juste après des attentats du 11 septembre 2001, un appel téléphonique revendiquera l’attaque terroriste des deux tours jumelles du World Trade Center au nom de l’Armée rouge japonaise (voir infra l’extrait de l’édition spéciale du quotidien vespéral Le Monde® en date du 13 septembre 2001). 
            Mais « Les Fanatiques » ne fait pas que brosser à grands traits ce que le XXIème siècle doit aux mouvements étudiants japonais comme je le fais ici. 
Il entre dans sa complexité ; raconte les purges délirantes dites « des chalets de montagne » de Nagano, les accointances du mouvement terroriste avec le cinéma « pink » (pinku eiga) ; une avant-garde dont le film le plus connu est le très célèbre L'empire des sens de Nagisa Ōshima, il n’oublie pas les crimes de droit commun pour financer la « Révolution », les prises d’otages (dont le seul but est souvent la libération de certains des membres de l'ARJ emprisonnés), l’extraordinaire mobilité des uns et des autres alors qu’ils sont pourtant recherchés par de nombreuses forces de police à travers le monde, l’enlèvement de japonaises pour servir d’épouses aux militants de l’ARJ réfugiés à Pyongyang, etc
            Mais surtout, cet essai témoigne de l’absence de regrets de la majorité, pour ne pas dire de la totalité, des membres de l’ARJ et de ses sympathisants, des années après les faits et la dissolution officielle de l’ARJ et de ses épigones. 
Absence de regrets donc, de la part d’individus capables de tuer pour un idéal ; rien qu'on ne connaisse encore aujourd'hui. 
Un récit glaçant, mais essentiel.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Un espion de trop [Lee Remick / Tyne Daly / Charles Bronson / Don Siegel]

Ce film, sorti en 1977, s'appuie sur le roman de W alter W ager ( Le Code ) et un cliché du film d'espionnage : les « agents dormants ». • La vie c'est simple comme un coup de fil             Peu après la crise dite des missiles de Cuba , l' U.R.S.S. , en représailles, dissémine sur le territoire des U.S.A. des « agents dormants ». Vingt ans plus tard, l'époque est à la détente, mais pas au gout de tout le monde. Nicolai Dalchimsky , stalinien pur sucre goûte assez peu le rapprochement entre les deux blocs ennemies, et la purge dont les féaux du « Petit Père des peuples » sont la victime. Il se rend aux États-Unis pour réveiller les « agents dormants ». Le KGB envoie un agent pour le neutraliser.   • Chercher la femme             Manifestement, à plus de 60 ans D on S iegel a perdu de sa superbe. « Un espion de trop » est, pour ainsi dire, surtout un film de trop. B ronson y joue une caricature de ses meilleures interprétations, le dur à cuire taciturne, et D on

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.