Accéder au contenu principal

Cancel ! [Hubert Heckmann]

Si la « cancel culture » est à prendre comme ensemble de comportements au sein d’une communauté fédérée par des valeurs, comme la culture d'entreprise par exemple, elle est surtout un programme d'effacement de la Culture.
« Le socialisme c'est la lutte des classes,
l'indigénisme la lutte des races,
et le wokisme la lutte des places »
            Dans ce petit opuscule d'une soixantaine de pages (vendu 9 €), Hubert Heckmann s'intéresse donc à la cancel culture.
Il y analyse l'impact des réseaux sociaux, l'idée que les cultures sont des propriétés privées ; point de vue très en vogue dont l'ultime avatar est donc la condamnation « d'appropriation culturelle ». 
Mais aussi la censure pure et simple, comme pour Les écrits intimes de Patricia Highsmith2021, où Calmann-Lévy™ je cite : « dans certains cas extrêmes » juge de son devoir « de refuser à Pat (sic) le droit de s'exprimer ». Un élagage, note Hubert Heckmann, qui fait passer l'ouvrage de 8000 à 1000 pages !
            Il faut lire aussi ce compte rendu d'une table ronde où un auteur de romans noirs juge une partie de sa propre œuvre comme périmée, en regard des nouvelles normes morales. Une table ronde qui semble par ailleurs reprendre à son compte la théorie du complot du « système patriarcal ». Nuff said!
Heckmann y démontre que l'herméneutique pseudo-féministe contemporaine est étrangement proche de la démarche de Robert Faurisson, lorsqu'en 1961 ce dernier (plus connu aujourd'hui comme militant négationniste), déconstruisait un sonnet de Rimbaud. 
          Plus loin il touche encore juste lorsqu'il écrit « Le problème de ces lectures qui dénoncent l'empreinte de la domination dans les textes littéraires n'est pas qu'elles proposeraient une interprétation non pertinente, fausse, ou même délirante. Tout cela devrait pouvoir se discuter avec profit. Non, leur problème, c'est qu'elles prétendent s'imposer par la violemment en interdisant toute autre lecture.».
            Mais je crois que faire de la cancel culture (et par extension du wokisme) un avatar de la bourgeoisie tardive, est probablement l'analyse la plus fine, et la plus nuancée faite jusqu'à maintenant de cette arme de destruction massive. D'autant que contrairement à ce qui se passait par exemple aux U.S.A., au milieu des années 1980, c'est la « gauche » qui est dorénavant à la manœuvre. 
Je cite donc : « L'institution bourgeoise se considérait elle-même comme le terme d'une évolution, comme le terme stable à partir duquel on pouvait interpréter le passé. ». On ne peut pas mieux dire.
            En passant, Hubert Heckmann note également que « ceux qui profèrent ces anathèmes » sont souvent des « employés du système éducatif, rémunérés par l'État, financés par les politiques publiques françaises ou européennes ». Et vous trouvez ça drôle !?
          Au final cette soixantaine de pages arrive a être pertinente quand bien même la « cancel culture » vous serait pourtant très bien connue.
Recommandé !  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er