Accéder au contenu principal

La Millième Nuit [Alastair Reynolds / Laurent Queyssi / Aurélien Police]

On prête au romancier Raymond Chandler la sentence suivante : « Hammett a sorti le crime de son vase vénitien et l'a flanqué dans le ruisseau. ». 
            Autrement dit, même s’il n’est ni le premier ni a fortiori le seul, Dashiell Hammett a laissé tomber les crimes mondains résolus par des amateurs qui ne l’étaient pas moins (mondains & résolus) ; pour s’intéresser à ceux commis par et contre les classes laborieuses, et aux professionnels chargés de les résoudre. 
            Presque 100 ans plus tard, Moisson rouge a paru en épisodes dans le légendaire pulp magazine Black Mask à partir de novembre 1927, Le Bélial’®, dans sa belle collection Une Heure-Lumière™, commercialise « La Millième Nuit » d’Alastair Reynolds : traduction de Laurent Queyssi, magnifique couverture d’Aurélien Police, 144 pages au prix de 10,90 € (5,99 au format numérique) ; un retour - si j'ose dire, au « vase vénitien » d'avant Hammett . 
Une novella pour laquelle il n’est donc pas besoin de faire preuve de beaucoup d’imagination pour la croire écrite par Agatha Christie. Enfin, un peu quand même [-_ô].
            Le contexte : avenir très lointain, échelle de temps démesurée, quasi immortalité, terraformation, voyages spatiaux, bref Alastair Reynolds ne lésine pas sur l’astronomique (sic) et le faramineux pour son space opera, même si l'histoire se déroule principalement sur une seule planète (aux contours d'un vase tout ce qu'il y a de plus vénitien donc). 
Mais ce gigantisme est tellement démesuré (et je ne vous parle pas du projet qui occupe certains esprits de la millième nuit en question), qu’il semble tout droit sorti d'un roman de Sf des années 1940 ; où la seule limite était celle de l’imagination de l'auteur.
Lequel ne s’embarrassait pas forcément d’être très scientifique ou rigoureux. Alastair Reynolds, astrophysicien, oublie ici que le vrai (?) n’est cependant pas toujours vraisemblable. 
            Comme je l’ai sous-entendu en évoquant Agatha Christie, « La Millième Nuit » n'est rien d'autre qu’une partie de Cluedo© quand bien même les ambitions de certains des participants à la réunion (très mondaine) de ladite « millième nuit», sont celles d'un space opera.
Rien ne manque à l'enquête qui y sera menée, pas même la réunion finale où le coupable est désigné aux yeux des autres. Rien ?
Si, justement, il manque un peu d'imagination afin de rendre l'enquête sinon palpitante, au moins intéressante.
Reste donc un whodunit de très petite facture, et y associer, comme je l’ai fait Agatha Christie n’est finalement pas très juste, tant la « Reine du crime » a été un écrivain très innovant dans sa partie. Et probablement le meilleur !
            En définitive « La Millième Nuit » n’aurait certainement pas réussi à épargner la vie de Shéhérazade, si elle avait dû la raconter au roi de Perse. 
Je serai plus magnanime : peu mieux faire !

Commentaires

  1. J'ai adoré le voyage et les mises en abyme de l'espace et du temps. C'est juste beau...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er