Accéder au contenu principal

Une promenade en enfer [Garth Ennis / Philippe Touboul, Goran Sudžuka / Ive Svorcina ]

L'horreur n'est pas un (mauvais) genre totalement étranger au scénariste Garth Ennis. 
On peut citer sa série Crossed2008, sa version personnelle d'Alien (Caliban2014), voire Preacher1995 où l'un des personnages principaux est un vampire. Il a également écrit un run assez soporifique mais assez craspec d'Hellblazer, titre phare du désormais disparu label Vertigo™ . 
[Trigger Warning] : traces de wokisme
            Avec « L'Entrepôt », premier tome d' « Une promenade en enfer », recueil qui reprend les cinq premiers numéros de la maxi série (A Walk Through Hell), composée de 12 fascicules mensuels publiée aux U.S.A. par l'éditeur AFTERSHOCK entre mai 2018 et juillet 2019, Garth Ennis arpente de nouveau les territoires du Fantastique, desquels il emporte de toute façon toujours un peu de l'atmosphère où qu'il aille. 
Et c'est justement sur le front de l'atmosphère que se détache cette première partie. 
            Avec force ellipses, flashbacks, et beaucoup de dialogues, le scénariste irlandais instaure un climat très pesant d'entrée de jeu. L'affaire dont s'occupent les agents du FBI que nous suivront dans leur enquête, concerne des enlèvements en série, rien de très réjouissant au départ donc, laquelle investigation basculera lors de la fouille d'un entrepôt dans un huis clos encore plus très étrange. 
            L'effroi, introduit par un massacre de masse qui ne prendra pas la peine de respecter la règle tacite qui veut qu'on épargne les enfants, ne quittera jamais totalement les planches produites par le dessinateur Goran Sudžuka et le coloriste Ive Svorcina. 
Deux artistes qui s'éloignent des standards du (mauvais) genre en question
qui d'ordinaire illustrent ce type de récit, comme on peut le voir sur les extraits reproduits pour les besoins de cette critique. 
Le dessin de Goran Sudžuka, élégant, très figuratif, académique même, tranche en regard du domaine qu'on lui demande d'illustrer, par sa rigueur géométrique et son respect des proportions. La palette d'Ive Svorcina utilise une colorimétrie bien peu agressive (beaucoup de tons pâles), presque apaisante. 
Ce parti pris visuel donne une esthétique originale au sujet traité. 
            Ceci étant, « Une promenade en enfer » est contaminé certes par la peur & l'inquiétude, mais aussi par un mème (Cf. Richard Dawkins) - le wokisme, comme mon [Trigger Warning] vous en avertissait.
Des traces substantielles de wokisme donc, dont je peine à savoir si pour Garth Ennis elles sont le résultat d'un simplement opportunisme, ou si le scénariste utilise son histoire comme vecteur de propagation ? 
            En attendant d'en savoir plus en lisant la suite de cette histoire (prévue pour le 20 octobre prochain), force est de reconnaître que nonobstant l'arrière-plan très « politiquement correct », un comble pour Garth Ennis dont la réputation paraît bien peu compatible avec ce nouvel ordre moral, ce dernier et ses collaborateurs tirent avec brio leur épingle d'un jeu qu'ils ne sont pourtant ni les premiers ni les seuls à jouer. 
 
(À suivre .......)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er