Accéder au contenu principal

Les Aux' [David Gunn / Grégory Bouet / Suzy Borello / Emmanuel Pailler]

Nommé aux Razzies© du magazine BIFROST, dans la catégorie « Prix Putassier » en 2009, grâce à la présentation que fait de lui son éditeur français Bragelonne™ : « … un Britannique élégant et discret qui a effectué des missions secrètes en Amérique centrale, au Moyen-Orient et en ex-Union soviétique, entre autres. Il ne reste jamais au même endroit très longtemps et dort avec un shotgun sous son oreiller. Le Faucheur est son premier roman, le coup de tonnerre de la littérature de genre en Grande-Bretagne cette année. » ; David Gunn ne remporte pas le prix, attribué cette année-là à Mnémos™, mais attise la curiosité du comité de sélection du magazine de SfFF, sous les auspices duquel les Razzies© étaient alors organisés. 
En effet se demande-t-il, qui se cache derrière ce pseudonyme : Richard Morgan, Neal Asher ?
Ou bien, je cite : « un de leurs clones pondeurs de prose kilométrique » ? 
Manifestement David Gunn n'allait pas devenir le prochain poulain du Belial'™. 
            Chez d'autres, qui ont su comme moi l'apprécier, l'identité de l'auteur de la trilogie dite des « Aux'», et qui « dort avec un shotgun sous son oreiller », attise la même curiosité. 
            Un enquêteur amateur parmi d'autres a pu remonter un chapelet d'indices assez convaincants à partir d'une société nommée Gunnsmith Ltd, qui n'existe plus aujourd'hui, et de sa directrice Samantha Jayne Baker, de David Gunn, dont la Gunnsmith Ltd était propriétaire du copyright de ses romans, jusqu'à Jon Courtenay Grimwood, un auteur aux nombreux alias connus, et marié à la journaliste Sam Baker. 
Bref tout porte à croire selon cette enquête, que David Gunn est donc Jon Courtenay Grimwood, connu principalement en France pour ses séries, neoAddix et Assasini, commercialisées par Bragelonnes™. 
            Après cette petite enquête littéraire, revenons à la critique des romans proprement dits. 
De quoi parlent, Le Faucheur, Offensif et Le Jour des damnés, les trois romans de David Gunn qui forment la trilogie en question ? 
            Eh bien de Sven Tveskoeg, un légionnaire puni par ses pairs, qui survivra à ladite punition pourtant funeste, ainsi qu'à l'attaque du fort où il était cantonné. 
Fait prisonnier, il sera incidemment sauvé par les Faucheurs, le corps d'élite de L'empereur Octo V
Encore une fois épargné, grâce à une aptitude à communiquer avec les Ferox, ceux-là même à l'origine de ce qui lui avait valu d'être punir, et de l'attaque du fort. 
Il sera intégré auxdits Faucheurs, unité au sein de laquelle il créera rapidement un groupe de francs-tireurs, les Aux' (pour auxiliaires). 
Rapidement envoyé sur une mission sous couverture, il en profitera pour s'équiper illégalement de quelques artefacts bien utiles, dont une arme gérée par une I.A.. Dans laquelle les lecteurs du magazine anglais 2000AD y verront peut-être un héritage de la série, également de Sf militaire, Rogue Trooper
            Space opera, cyberpunk, grim & gritty, Black Ops, coups tordus, David Gunn ne s'interdit rien de ce que la quincaillerie de la littérature de (mauvais) genre lui permet. 
Le Faucheur et Offensif sont deux romans qui plairont aux amateurs de héros dur-à-cuire, et à ceux de Sf militaire dévergondée. 
Ça se gâte sérieusement avec Le Jour des damnés troisième et dernier tome de ce qui devait être une série beaucoup plus longue, me semble-t-il. 
L’intrigue, d’une banalité courageuse, en oublie quasiment son personnage principal, et ce qui faisait le charme viril des deux romans précédents. Et de nombreux subplots qui resteront sans réponse. 
            Au final, Sven Tveskoeg avait la carrure et l'entourage nécessaires pour durer encore quelques épisodes. Inexplicablement David Gunn délaisse la brutalité et le leadership de son personnage principal, ainsi que la démonique efficacité dramatique de deux premiers romans pour en faire la marionnette d’un intrigue excessivement et, surtout inutilement compliquée, dans sa troisième itération. 
Un raté qui ne doit pas faire oublier les deux réussites dans leur registre respectif, que sont donc Le Faucheur et Offensif.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er