Accéder au contenu principal

Confession d'un masque

Notre capacité d'anticipation permet à nos hypothèses de mourir à notre place

Karl Popper
Final Crisis n°6
 .. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que la mort est omniprésente durant le run de Grant Morrison sur Batman (et sur Final Crisis).
Il m'a dès lors semblé intéressant de vous proposer un extrait du Hagakure, un ouvrage fondamental (me semble-t-il) de la culture japonaise. Cette somme a été composé oralement au XVIIIe siècle par Jocho Yamamoto et recueillie par son élève Tsuramoto Tashiro.
Je découvris que la Voie du samouraï, c'est la mort. Si tu es tenu de choisir entre la mort et la vie, choisis sans hésiter la mort. Rien n'est plus simple. Rassemble ton courage et agis. À en croire certains, mourir sans avoir accompli sa mission, ce serait mourir en vain. C'est là une contrefaçon de l'étique samouraï, qui trahit l'esprit calculateur des arrogants marchands d'Osaka. Dans une telle situation, il est presque impossible de faire le juste choix. Tous, nous préferons vivre. Rien de plus naturel, donc, dans une situation de ce type, que de chercher une excuse pour survivre. Mais celui qui choisit de continuer à vivre alors qu'il a failli à sa mission, clui-là encourra le mépris qui va aux lâches et aux misérables. Là est le risque. Celui qui meurt en ayant échouer, sa mort sera celle d'un fanatique, une mort vaine. Mais non pas déshonorante. En fait, c'est en une telle mort que consiste la Voie du samouraï. Si l'on veut devenir un parfait samouraï, il est nécessaire de se préparer à la mort matin et soir et jour après jour. Le samouraï qui est constamment préparé à la mort, celui-là a maîtrisé la Voie du samouraï et saura, sans jamais faillir, vouer sa vie au service de son seigneur.
Le Hagakure, Livre I
Précisons que Jocho Yamamoto est mort à soixante et un an. 
Cependant à l'âge de quarante deux ans il voulut se suicider à la mort de son seigneur, mais se heurta à une interdiction de le faire. Il se rasa le crâne et se voua au Bouddha.
Final Crisis n°6
Il serait étonnant que Batman n'ait pas envisagé cette alternative. Car, comme le dit fort justement Yukio Mishima "Qu'importe la façon dont on l'embellit, la mort existe et resserre peu à peu son emprise sur nous."
Pour Mishima, "Si nous plaçons si haut la dignité de la vie, comment ne pas placer aussi haut la dignité de la mort ?"
Toutefois l'écrivain japonais reconnaît que la conception japonaise de la mort "est directe et claire ; elle diffère en cela de la mort effrayante et hideuse que se représentent les occidentaux. Jamais n'a existé dans l'imagination japonaise un dieu de la mort comparable à celui de l'Europe médiévale, le Temps avec sa grande faux. [..] L'image qui a longtemps enrichi l'art japonais n'est pas celle d'une telle mort, rude et sauvage, mais celle d'une mort par-delà laquelle jaillit une source pure qui ruisselle constamment sur notre monde en minces filets purificateurs".
Final Crisis n°6
Les commentaires de Yukio Mishima sont extraits de Le Japon moderne et l'éthique samouraï traduit par Émile Jean. Un livre écrit trois ans avant le propre suicide de l'écrivain :
Tout est fin prêt. Le seppuku est pour le 25 novembre 1970 [..] Mishima reprend pied sur le balcon ; il rouvre la porte-fenêtre, suivi par Morita [..] s'assied par terre [..] et accomplit point par point, avec une parfaite maîtrise, les gestes qu'on lui a vu faire dans le rôle du lieutenant Takeyama. L'atroce douleur fut-elle ce qu'il vait prévu et dont il avait essayé de s'instruire quand il avait mimé la mort ? Il avait demandé à Morita de ne pas le laisser souffrir trop longtemps. Le jeune homme abat son sabre, mais les larmes lui brouillent les yeux et ses mains tremblent. Il ne réussit qu'a infliger au mourant deux ou trois horribles entailles à la nuque et à l'épaule. "Donne !" Furu-Koga prend dextrement le sabre, et d'un seul coup fait ce qu'il faut.
Marguerite Yourcenar, Mishima ou La vision du vide
.. Pour les amateurs, Warren Ellis a emprunté un peu de Yukio Mishima pour son personnage du Maître-Conteur qui apparaît dans Planetary.

Quelques pages sont disponibles iciLe titre de ce billet emprunte bien évidemment à l'un des ouvrages de Yukio Mishima.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…