Accéder au contenu principal

Timbré


... Écrit à partir de l'œuvre de Sir Terry Pratchett, Timbré (Going Postal en V.O) est un remarquable téléfilm en deux parties. S'il se déroule dans l'univers du Disque-Monde,  il n'est pas nécessaire de le connaître pour apprécier cette aventure, et j'en parle en connaissance de cause.

 
Car en plus d'être un film qui associe avec bonheur, l'aventure, l'humour, le suspense, le romantisme, Timbré est porté par une brochette d'acteurs tous meilleurs les uns que les autres.

Ainsi, Adora Belle Cherchecœur, une séduisante jeune femme que les turpitudes de la vie n'ont pas épargné voit-elle débarquer en la ville d'Ankh-Morpok le nouveau receveur des Postes. Ce dernier est chargé de remettre à flot ce service public tombé en désuétude depuis l'avènement des clacks, des sortes de sémaphores. Mais le sieur en question, Moite Von Lipwig est là contre son gré....   


La ville d'Ankh-Morpok réserve moultes surprises aux spectateurs que nous sommes, sauf pour ceux qui connaissent ce foisonnant univers bien sûr. 

Or donc on y croise des golems, des loup-garous, des magiciens, des hommes d'affaires retors et machiavéliques et des fantômes. On y pratique le culte d'Offler, le Crocodile Sacré (je vous recommande particulièrement le concept de la saucissidité, hilarant), la pendaison est un art, bref dépaysement garanti et sidération cognitive assurée.


Cependant loin de se reposer sur cet univers extrêmement riche, Timbré est une histoire palpitante et pleine de rebondissements.


Un spectacle haut en couleur, du grand divertissement, pour les petits et les grands.
Un film qui donne furieusement envie de découvrir le monde fabuleux de Sir Terry Pratchett.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un