Accéder au contenu principal

What is it like to be a bat ?

... En reprenant ma lecture des aventures de Batman par Grant Morrison il me semble qu'à partir du numéro 673 la pierre angulaire de l'intrigue repose sur l'expérience vécue par le justicier de Gotham dans la chambre d'isolement.  (Batman #156 - 1963).

Sous le prétexte de tester le seuil d'endurance des astronautes dans l'espace Batman "fait ça pour vivre des hallucinations et des états psychotiques. Histoire de voir un peu comment fonctionne l'esprit du Joker."* nous apprend Morrison dans le numéro 673 intitulé Joe Chill en enfer


En lisant cet épisode, j'ai repensé à l'article écrit en 1974 par le philosophe américain Thomas Nagel intitulé What is it like to be a bat.

Si Batman veut percer la psyché du Joker, Thomas Nagel s'interroge quant à lui sur l'univers que "voit" une chauve-souris. Cocasse retournement de situation quand on y pense.

C'est d'autant plus remarquable qu'il est question dans cet article du système d'écholocation du chiroptère qui lui permet de se diriger et d'attraper ses proies. Tout à fait ce qui attend Batman face au Gant Noir, qui devra se diriger dans son propre dédale mental et combattre l'association de criminels du docteur Hurt.


L'expérience de pensée** de Nagel démontre qu'il est impossible de connaître le monde subjectif d'une chauve-souris, passerions-nous la journée accroché la tête en bas et la nuit à attraper des insectes que cela n'y changerait rien.

Batman lui, tente de contourner cet obstacle en passant dix jours dans une chambre d'isolement. Dix jours qui  vont modifier sont état mental de façon durable.

En se demandant ce que c'est que d'être une chauve-souris, le philosophe pose bien entendu la question de ce qu'est la conscience, (et de la possibilité ou pas de son étude en tant "qu'objet scientifique"). 
Pour moi, lecteur des aventures de Batman il est clair que la conscience justement est au centre des débats.

Comment l'esprit fonctionne-t-il ? Comment est-il relié à la réalité physique ?
Voilà me semble-t-il quelques questions qui sont posées au travers des scénarios de Grant Morrison.

À suivre ...


* Traduction Khaled Tadil Superman Batman n° 15

** Il est bien sûr évident que les implications et extrapolations qui sont faites à partir de What is it to be a bat sont nettement plus complexes que ce que j'en dit ici. 

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…