Accéder au contenu principal

Speed Racer

... Je suis sacrément étonné du plaisir que j'ai pris en regardant Speed Racer. Contrairement à ce à quoi je m'attendais le film des frères Whachowski est captivant du début à la fin et ce, malgré une trame scénaristique plutôt conventionnelle. 



Loin d'engloutir le film, les effets  spéciaux (omniprésents) participent au plaisir du spectacle. Car c'est du grand spectacle : des courses de voitures particulièrement échevelées & extravagantes (on dirait Les fous du volant ... si si, souvenez-vous ; Satanas & Diabolo, Ruffus la Rondelle, Pénélope Joli Cœur, lâchés sur un Circuit 24 ), mais toujours lisibles (ou presque).  Les chorégraphies des courses automobiles n'ont pas été sans me rappeler celles des combats de Matrix)

Pénélope Joli Cœur

Des couleurs particulièrement vives et contrastées, des décors étonnants bref, dépaysement assuré.    
Précisons que malgré le rythme trépidant et les couleurs chatoyantes, la mise en scène de tout premier ordre écarte les risques  de nausée.

Des acteurs en pleine possession de leurs moyens donnent vie à des personnages loufoques, farfelues et imprévisibles. On croise des gredins en chapeau melon, des ninjas, des capitaines d'industrie mielleux et/ou venimeux, un pilote masqué, un chimpanzé, un mécanicien automobile ancien champion de catch. Tout cela et plus encore dans un  excellent film de plus de deux heures.

Pour terminer, voilà ce qu'en pense Jean-Pierre Dionnet au micro de François Angelier.

Commentaires

  1. MON frère l' as vu , pas moi, il a a dis que c' était un film pour moi , mais qu' il l' aurait pas cconseillé à tout le monde, mais si en plus tu adore ça aussi et que dionnet le défend dans mon émission de radio préférée ça fait trois raisons de plus de le voir

    RépondreSupprimer
  2. T'as vraiment l'art et la manière de tenter les gens. Les bandes annonces ne m'avaient vraiment pas donné envie et j'étais volontairement passé à côté.

    Bon, c'est quand même grâce à toi que j'ai vu la mini-série anglaise Alice.
    J'vais y jeter un oeil !

    RépondreSupprimer
  3. En tout cas, laissez-moi vous dire que je suis honoré que vous preniez le temps de me lire et de laisser un commentaire [o_-]. Fnord !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…