Accéder au contenu principal

Osama [Lavie Tidhar]

La réalité est une fiction qui a réussi !

••• Roman policier « métaphysique » [Pour en savoir +] en ce qu'il parodie ou détourne de manière subversive les codes du récit policier traditionnel, avec pour effet d’interroger les mystères de l’Être et de la Connaissance (oui avec des majuscules) au-delà du simple artifice du genre dans lequel il s'inscrit, Osama de Lavie Tidhar, est tout entier contenu dans la magnifique couverture de Pedro Marques ; qui en restitue superbement l'atmosphère.

Ombres portées d'une tragédie au travers d'une quête particulièrement culottée, celle d'un auteur d'une série de romans de gare intitulés Ousama ben Laden, Justice sommaire, le roman de Lavie Tidhar (traduit par Florence Dolisi) est le prétexte à une plongée dans notre imaginaire collectif tout autant que dans notre Histoire.
La proximité de ce qu'il évoque, et l'apparente provocation de son sujet, risquent d'éloigner plus d'un lecteurs (et j'en parle en connaissance de cause). Et pourtant, cette histoire très touchante est écrite avec beaucoup de finesse et d'attention.

.... Mener de front une réflexion sérieuse sur le terrorisme, tout en proposant un récit nécessitant une bonne dose de suspension volontaire d'incrédulité n'est pas la moindre des gageures à laquelle s'est attelé l'auteur ; le résultat n'en est que plus extraordinaire.    

Commentaires

  1. Salut,Artemus Dada.

    C'est Regulator qui tu connais via comics Sanctuary.

    Je me demandais à propos de ce livre...
    En vo,la série dans le roman s'appelle "Osama Bin Laden Pulp Vigilante".

    Ma question est:en quoi est-il un "pulp vigilante"dans ces romans dans le roman?

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut amigo !

      Tout d'abord les extraits de "romans" dans le roman sont peu présents. On y évoque plutôt des titres de romans. Cependant l'idée d'un "pulp vigilante" vient du rapprochement fait avec des séries bon marché, type "romans de gare" genre l'Exécuteur ou L'Implacable.
      Mais il s'agit surtout d'une surimpression, d'une manière de présenter la chose. On pourrait même dire qu'Osama est le grand absent du récit.
      C'est un McGuffin dans toute sa splendeur.

      Voili, voilà [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…