Accéder au contenu principal

Nnedi Okorafor en campagne sur Ulule

.... En pleine lecture du roman de Nnedi Okorafor, celui intitulé Qui a peur de la mort ?, publié dans un premier temps dans l'Hexagone par l'éditeur Panini (via feu sa collection « Eclipse ») avec la très belle couverture de  Joey Hifi, puis plus récemment par les éditions ActuSF, sous la toute aussi magnifique couverture de Travis Davids, je m'aperçois que la jeune auteure nigériane-américaine - qui n'a visiblement pas les deux pieds dans le même sabot - vient d'être embauchée par les éditions Marvel pour écrire une mini-série sur la Panthère Noire [Pour en savoir +] alias T'Challa (aka Black Panther) ; que je n'ai pas encore eu l'occasion de lire, cela dit.
Par contre j'ai pu lire l'histoire courte*, exercice périlleux s'il en est, parue dans le one-shot Venomverse : War Stories #1 qu'elle a écrite.

.... Brillamment secondée par la dessinatrice Tana Ford, et Ian Herring aux couleurs, la jeune scénariste s'en sort très très bien.  L'équipe créative donne, en seulement huit petites pages, tout ce qu'il faut à leur héroïne pour un faire un personnage que l'on a envie de revoir.

Voici quelques pages pour vous donner une idée du travail des unes et des autres :



Un galop d'essai très prometteur pour la suite.  

.... Tout ceci pour dire que les bonnes chose n'arrivant jamais seules, l'auteure fait l'objet d'une souscription en vue de publier un recueil de ses nouvelles, Kabu Kabu, ça se passe sur Ulule, et la campagne vient de commencer....

________________
*Cette histoire, ai-je appris, s'inspire de l’enlèvement il y a 3 ans des lycéennes de Chibok, au Nigeria, par le groupe djihadiste Boko Haram.

Commentaires

  1. Je ne savais pas qu'elle était aussi dans la BD!!! C'est un auteur d'avenir! Je l'aime beaucoup! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est assez récent. Elle a été en quelque sorte parrainée par Ta-Nehisi Coates, un journaliste qui a écrit un essai - Une colère noire - qui a fait un peu de bruit de part et d'autre de l'Atlantique. Lui-même a été recruté par Marvel, car - bientôt - sort un film sur le personnage Black Panther, et l'éditeur étasunien lui a confié d'écrire la série version "comic book". De son côté il a étendu la franchise du personnage si je puis dire, et invité des gens de lettres, principalement des femmes, africaines-américaines, dont Nnedi Okorafor.
      Elle travaille donc sur une mini-série disponible en numérique sur la Panthère Noire ; et j'espère que Marvel va lui confier autre chose.
      Son riche imaginaire mérite d'être aussi lu & connu par les amateurs de BD (même si la BD américaine, si on en croit les ventes & les dernière annulation de titres,est plutôt conservatrice).
      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er