Accéder au contenu principal

Captain America vu par Rick Remender

Attention, ceci est un billet critique qui dévoile des éléments que certains lecteurs aimeraient peut-être découvrir lors de leur propre lecture, même si ici, ils ne sont que superficiellement abordés.

 …. Choix du scénariste ou volonté éditoriale ( ?), le Captain America de Rick Remender a la très bonne idée de couper radicalement les ponts avec ce qu’en avait fait Ed Brubaker, le scénariste précédent.
Remender imagine d’envoyer la création de Joe Simon & Jack Kirby dans un monde qu’on croirait inventé par ce dernier au cours d’une discussion avec J.R.R. Tolkien. L’emblématique super-héros américain y connaîtra les affres de la paternité, un aspect qui je crois n’avais jamais été abordé aussi franchement dans son déjà long parcours de personnage d’encre et de papier.
Rick Remender y développe dans ces 10 premiers numéros, conséquence de la situation dans laquelle se trouve son personnage principal, un discours sur l’éducation, tout en sacrifiant – bien évidement – une part notable de pages à des affrontements qui n’ont rien à envier à ceux qu’auraient, justement, pu imaginer Tolkien ou Kirby. Cela dit, la part d’introspection qu’autorise un écoulement du temps digne des meilleurs contes de fée, équilibre joliment cette aventure. 
Rien n’est à jeter dans cet arc intitulé« Perdu dans la Dimension Z ».

John Romita Jr., très en forme, laisse s’exprimer toute la puissance picturale dont il est coutumier, soutenu par une mise en récit (storytelling) dynamique, et surtout d’une belle efficacité. Secondé par des encreurs qui connaissent leur travail, la vraie plus-value – à mes yeux - vient des couleurs de Dean White, coloriste que j’apprécie beaucoup. Il donne à la « Dimension Z » tout ce qui lui faut d’ambiance, pour qu’on ait envie d’y croire.

…. Manifestement, le scénariste à quelque chose à dire sur ce personnage, ce qui ne l’empêche pas d’en créer de nouveaux pour y parvenir.

Si les deux tomes de « Perdu dans la Dimension Z » étaient très réussis, « Nuke se déchaîne », le suivant de l’ère Marvel Now, du nom de l’événement sensé à la fois servir de relance aux titres de l’éditeur et de nouveau point d’entrée dévolu à ses personnages, ouvre une très belle saga. Le Nuke en question s’y verra dépeint en soldat perdu – comme les U.S.A. savent les fabriquer - d’un impérialisme sans inhibition au point de dévorer ses propres enfants. Un droit d’ingérence dont le retour de balancier ne se fera pas attendre puisque c’est sans temps mort qu’on enchaînera sur « Clou de Fer ».
Un quatrième tome qui laissera rétrospectivement l’impression que « Perdu dans la Dimension Z » était une bien anodine promenade de santé pour Captain America. C’est dire si Remender joue sur du velours, celui qui d’ordinaire recouvre les mains de fer.

« Soldat de demain », démontre que Rick Remender a de la suite dans les idées, tout en réutilisant un ressort dramatique déjà usiné par Ed Brubaker, dont la proximité en amenuise un peu l’effet.
Même si l’idée à laquelle aboutira ce cinquième recueil est bonne, en plus de la redondance d’une nouvelle passation de pouvoir, celle-ci est relatée dans l’épisode le plus mal écrits que j’ai pu lire ; le scénariste avait vraisemblablement mangé un clown périmé le matin même.

…. Après vingt-cinq numéros, que l’éditeur Panini a donc divisés en cinq albums, Marvel Now tire sa révérence en même temps que l’ancien porteur de bouclier, pour laisser place à un nouveau Captain America sous un label tout aussi neuf « All-New », et ……… une nouvelle numérotation.
Rick Remender, et ses collaborateurs John Romita Jr., puis Carlos Pacheco et Nic Klein à tour de rôle, les encreurs Klaus Janson, Scott Hanna ou encore Tom Palmer ; les coloristes dont Dean White déjà cité ou encore Sonia Oback, Dave Stewart, et j’en oublie, tous auront donc participé à la belle réussite qu’aura été cette entreprise publiée mensuellement aux Etats-Unis entre janvier 2013 et décembre 2014. 

Un bilan plus que positif, marqué toutefois par un faux pas sur un épisode dont j’aurais aimé qu’il soit plus sérieux. Néanmoins même sur ce numéro, Remender donne au passage de relais entre Steve Rogers et Sam Wilson une évidence qui en dit long sur l’amitié des deux personnages. 

(À suivre …)

Commentaires

  1. Bonjour,

    je partage entièrement ton avis sur cette série, y compris les résurrections un peu facile et le final du tome 5 un peu expédié. Tu peux ajouter 2 tomes annexes également écrits par Rick Remender : Winter Soldier: The bitter march (avec l'origine d'Iron Nail) et Warzones: Hail Hydra avec Ian Rogers en Nomad.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je note tout ça, et je m'en vais me les procurer pour une lecture à venir.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…