Accéder au contenu principal

Les Infâmes [Jax Miller/Claire-Marie Clévy ]

.… Comme quoi, lire un bon roman tient à peu de chose. Comme le nom, ou ici le pseudonyme d’une romancière. 
Jax Miller

.... Placé sous le double signe du houblon et de James Lee Burke, « Les Infâmes » allait se révéler aussi explosif que ce nom de plume le laissait présager. 
Un cocktail dont le dosage tient du miracle puisque l’auteure se qualifie elle-même de « pranster ». C’est-à-dire quelqu’un qui ne planifie pas son travail d'écriture, qui navigue au pif (« flying by the seat of your pants »), contrairement au « plotter » qui planifie son roman. 
Difficile à croire quand Jax Miller nous dit qu’elle n’avait en tête que la scène finale, même si l’itinéraire de Freedom Oliver à quelque chose d’assez spontané, et de totalement imprévisible. Mais dans lequel on ne se perd pas tout à fait, au contraire de ses illusions sur la nature humaine.

.... Freedom Oliver, anti-héroïne à tous les points de vue, puisque sa créatrice a été dépendante de cette drogue, et que « Les Infâmes » est aussi un roman autobiographique, et cathartique, a été placée dans le programme de protection des témoins non pas pour avoir tué sa fille, comme elle le déclare dès la première ligne du roman, mais pour le meurtre de son mari. 
On peut d’ailleurs prendre un instant et considérer le titre français, en regard de celui adopté dans la version originale : « Freedom’s Child ». Jeu de mot que l’on peut traduire par « l’enfant de Freedom », mais aussi par « l’enfant de la liberté » ; ce qui donne une toute autre perspective à ce qu'on s'apprête à lire. Non !?

« Huit heures à rouler sur cette moto, et je n’ai plus aucune sensation dans le clito à cause des vibrations. » Traduction de Claire-Marie Clévy 

Une citation qui en dit long sur le style de l’écrivaine, et du monde qu’elle décrit dans un roman, où « des infirmières aspirent de la nicotine entre leurs lèvres ridées et rongent leur téléphone », bref du style et des tripes pour celle qui revendique trouver son inspiration dans les bandes dessinées, notamment celles d’Alan Moore et de Frank Miller. 
J’ai connu des références plus honteuses. 

Ce livre est pour vous si :
• vous avez 8 euros en poche (ou un abonnement bibliothèque) 
• vous aimez que les héroïnes bottent des culs 

En revanche, il est déconseillé si :
• vous avez moins de 18 ans 
• vous êtes un putain de phallocrate

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…