Accéder au contenu principal

Bangkok nites [Katsuya Tomita]

Ce billet est l'occasion d'en inaugurer d'autres qui seront écrits par Benoît, un ami numérique, rencontré sur feu le site Superpouvoir.com, et dont j'ai toujours apprécié les avis.
Si ses goûts sont différents des miens, je l'ai cependant invité à écrire sur ce blog car j'ai souvent découvert des films ou des lectures vers lesquels je ne serais pas allé spontanément, et que j'ai tout aussi souvent appréciés, grâce à lui.....

.... Bangkok nites de Katsuya Tomita aura été une découverte étourdissante en cette fin d'année cinématographique. 

Ce film indépendant japonais est issu d'une longue production de cinq années - tout en ayant maturé bien plus longtemps dans l'esprit du cinéaste - qui s'explique par le sujet sensible du film et le temps nécessaire pour le traiter. Katsuya Tomita, dont je découvre le travail, évoquait la Thaïlande par le biais de ses précédents films tous tournés au Japon

Pour Bangkok nites, il est parti en Thaïlande avec l'envie de parler de la vie nocturne de la rue Thaniya, réservée exclusivement aux touristes et résidents japonais, dont la prostitution est l'un des ressorts économiques du tourisme local. 
En se rendant sur place, le réalisateur va à la rencontre des habitants et travailleurs du milieu, visite différents endroits (il ambitionne de tourner dans des décors réels) et débute un processus de longue haleine: il souhaite engager des acteurs amateurs rencontrés sur place et filmer dans d'authentiques lieux et boîtes de nuits où le commerce du sexe est répandu. Les locaux se montrent méfiants de prime abord et ont du mal à croire au sérieux de l'entreprise. Il faudra donc quatre années d'allers et retours à Tomita entre le Japon et la Thaïlande pour bâtir patiemment une relation de confiance avec les habitants, tout en approfondissant ses recherches et en rédigeant le scénario au fur et à mesure de ces pérégrinations. Tout ce travail finira par payer et le réalisateur parviendra à embaucher une grande partie du casting sur place parmi des non professionnels dont le premier rôle féminin est dévolu à Subenja Pongkorn, native de Bangkok et ancienne travailleuse de la rue Thaniya

.... Le film s'ouvre sur le reflet de Luck - interprétée par Subenja Pongkorn - projeté dans l'une des fenêtres d'un hôtel luxueux dont la vue domine une Bangkok nocturne, le moment de la journée synonyme de début du travail pour cette jeune prostituée qui vit au rythme de la rue Thaniya. 
Ce précis de la vie de Bangkok circonscrite à Thaniya se dévoile au rythme des déambulations de Luck à la faveur de rencontres avec les clients, de discussions avec les collègues et ami(e)s qui dressent une cartographie d'un milieu malséant dans lequel vivotent quantité d'individus d'horizons divers. 
Un soir, Luck tombe nez à nez avec Ozawa, un ancien client perdu de vue. Cette rencontre ravive des souvenirs de ce qui fut une relation vraisemblablement plus profonde qu'un rapport professionnel. Profitant d'un voyage professionnel d'Ozawa, Luck décide de l'accompagner et de retourner dans sa province natale d'Issan pour visiter sa famille et lui présenter ce compagnon. Soit l'entame d'un périple haut en couleurs et teinté d'émotion. 
En un peu plus de trois heures d'une rare densité, Katsuya Tomita - qui réalise, co-écrit le scénario et joue le rôle d'Ozawa - plonge au cœur d'un tourbillon de vies qui errent, se cherchent, se croisent et parfois se ratent au cœur de l'agitation nocturne de Bangkok

En restant à hauteur pudique de ces femmes, Katsuya Tomita maintient la bonne distance pour ne pas sombrer dans le sordide; nul besoin de filmer plein cadre des ébats tarifés quand le réalisateur parvient à saisir le jus ambiant dans lequel baignent ces âmes errantes. Tomita ne s'arrête pas à ce premier tour de force et s'embarque dans un voyage intense qui prend le pouls du pays et plonge dans les racines de l'histoire tourmentée thaïlandaise. Cette immersion prolongée du réalisateur dans cette culture se traduit autant par l'itinéraire d'Ozawa vers la province d'Issan qui le mènera jusqu'au Laos - dans un périple qui ménage son lot de rencontres fortuites, d'embardées fantastiques et de découvertes topographiques - que par ce travail d'une grande finesse opéré sur l'habillage sonore du film. 
Dès lors que Luck et Ozawa quittent le tumulte de Bangkok pour s'en aller en Issan, la musique mue et se colore au rythme de chansons, de poèmes et de coutumes traditionnelles de la région - qui se font l'écho d'un élan de contestation face à l'oppression et la misère subies - résonnant admirablement avec les thématiques du récit; la richesse culturelle ainsi mise au jour ne saurait se faire sans l'évocation de la situation compliquée de pays subissant les affres de la pauvreté et des inégalités, marqués par un passé dont les stigmates demeurent toujours visibles à l'image de ces plans mémorables de cratères au Laos, empreintes indélébiles laissées pendant la guerre du Vietnam
.... Tout concourt à faire de Bangkok nites un voyage inoubliable jusqu'au générique de fin qui s'accompagne d'archives de tournage et d'instants pris sur le vif. 
L'image de Subenja Pongkorn emmenant l'équipe du film visiter un temple reste gravée en mémoire, la fêlure dissimulée de la jeune femme portée par son personnage au sein du film explosant finalement lorsqu'elle fond en larmes au son d'une prière purificatrice.

A bientôt, Benoît.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …