Accéder au contenu principal

Cérès et Vesta [Greg Egan/Erwann Perchoc]

…. Sur un sujet qui fait écho à son propre engagement face à une situation humanitaire mondiale préoccupante, Greg Egan choisit, selon son propre point de vue sur la science-fiction*, de « prendre un microscope pour s’en servir de presse-papier ».
Couverture d'Aurélien Police
Le résultat s’intitule Cérès et Vesta, du nom de deux astéroïdes colonisés par l’homme, dont l’un placera l’autre « face à un choix impossible, une horreur cornélienne » ; une novella publiée dans la collection « Une heure-lumière », de l’éditeur Seine-et-Marnais de SFFF Le Bélail’

Traduit par Erwann Perchoc, Egan y imagine un scénario où l’épanouissement des uns n’est possible qu’au détriment des autres.

…. Entreprise salutaire que de maintenir visibles des questions que l’on préfèrerait peut-être oublier, dans une fiction, lieu de créativité mais aussi d'inventions pratiques.
Mais de l’auteur de science-fiction, que d’aucuns qualifient comme le plus important du XXIème siècle, j’attendais cependant autre chose. 

Greg Egan se contente ici d’une logique qui vise à choisir les sacrifiés, sans jamais explorer une autre voie qu’aurait pu lui permettre son histoire (ou alors sans vraiment y croire lui-même), dont la pertinence aurait pu dépasser sa particularité.  La question de l'inévitabilité de ce type de dilemmes n'est pas non plus évoquée.
Pas plus qu’il ne fait rétrospectivement réfléchir l’un ou l’autre de ses personnages, « à empêcher la naissance de situations où il n’est plus possible d’être moral », selon les mots de Gunther Anders. Autrement dit de faire en sorte d’éviter à quiconque d’avoir jamais à se montrer héroïque (en empêchant la naissance de pareilles situations).

Non, tel que j'ai lu ce récit, Egan transpose des situations contemporaines dans un futur incertain, mais que l'on devine lointain, pour y appliquer les raisonnements d'aujourd'hui. Lui qui n'hésite pas à pousser les dernières découvertes scientifiques dans leurs retranchements les plus reculés, achoppe lorsqu'il s'agit de faire de même avec les « sciences molles ». Dommage  

…. Reste que tout n’est pas à jeter dans cette novella d’une petite centaine de pages, d’autant qu’elle permet de démêler les différents fils ayant amené au point culminant de la crise, et par la force des choses d’en apprivoiser le tragique. « Décrypter un imaginaire partagé, c’est aussi entreprendre d’en critiquer la logique mortifère », nous dirait Fréderique Leichter-Flack.

D’un point de vue formel, Cérès et Vesta est d’une lecture agréable et distrayante, l’auteur conjuguant un décalage chronologique qui fait par ailleurs son petit effet. 
En outre, il met en sourdine son penchant pour les extrapolations scientifiques pointues, pierre angulaire de son travail littéraire & marque de fabrique inoubliable. Tout en étant parfois rédhibitoire. 

Un rendez-vous manqué donc (dans lequel j'ai aussi ma part de responsabilité), qui n'entame en rien ma confiance dans cette belle collection. Ni dans le travail de l'auteur le plus mystérieux de la planète SF.
______________ 
Intéressant : Oui 
Illisible : Non 
Incontournable : Non 

* « Utiliser la science-fiction pour bricoler des métaphores sur des thèmes familiers revient à la dévoyer ; c’est comme prendre un microscope pour s’en servir de presse-papier » in Greg Egan : une conversation, Bifrost n°88. 
Propos recueillis par Karen Burnham et traduits par Erwann Perchoc

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…