Accéder au contenu principal

Cérès et Vesta [Greg Egan/Erwann Perchoc]

…. Sur un sujet qui fait écho à son propre engagement face à une situation humanitaire mondiale préoccupante, Greg Egan choisit, selon son propre point de vue sur la science-fiction*, de « prendre un microscope pour s’en servir de presse-papier ».
Couverture d'Aurélien Police
Le résultat s’intitule Cérès et Vesta, du nom de deux astéroïdes colonisés par l’homme, dont l’un placera l’autre « face à un choix impossible, une horreur cornélienne » ; une novella publiée dans la collection « Une heure-lumière », de l’éditeur Seine-et-Marnais de SFFF Le Bélail’

Traduit par Erwann Perchoc, Egan y imagine un scénario où l’épanouissement des uns n’est possible qu’au détriment des autres.

…. Entreprise salutaire que de maintenir visibles des questions que l’on préfèrerait peut-être oublier, dans une fiction, lieu de créativité mais aussi d'inventions pratiques.
Mais de l’auteur de science-fiction, que d’aucuns qualifient comme le plus important du XXIème siècle, j’attendais cependant autre chose. 

Greg Egan se contente ici d’une logique qui vise à choisir les sacrifiés, sans jamais explorer une autre voie qu’aurait pu lui permettre son histoire (ou alors sans vraiment y croire lui-même), dont la pertinence aurait pu dépasser sa particularité.  La question de l'inévitabilité de ce type de dilemmes n'est pas non plus évoquée.
Pas plus qu’il ne fait rétrospectivement réfléchir l’un ou l’autre de ses personnages, « à empêcher la naissance de situations où il n’est plus possible d’être moral », selon les mots de Gunther Anders. Autrement dit de faire en sorte d’éviter à quiconque d’avoir jamais à se montrer héroïque (en empêchant la naissance de pareilles situations).

Non, tel que j'ai lu ce récit, Egan transpose des situations contemporaines dans un futur incertain, mais que l'on devine lointain, pour y appliquer les raisonnements d'aujourd'hui. Lui qui n'hésite pas à pousser les dernières découvertes scientifiques dans leurs retranchements les plus reculés, achoppe lorsqu'il s'agit de faire de même avec les « sciences molles ». Dommage  

…. Reste que tout n’est pas à jeter dans cette novella d’une petite centaine de pages, d’autant qu’elle permet de démêler les différents fils ayant amené au point culminant de la crise, et par la force des choses d’en apprivoiser le tragique. « Décrypter un imaginaire partagé, c’est aussi entreprendre d’en critiquer la logique mortifère », nous dirait Fréderique Leichter-Flack.

D’un point de vue formel, Cérès et Vesta est d’une lecture agréable et distrayante, l’auteur conjuguant un décalage chronologique qui fait par ailleurs son petit effet. 
En outre, il met en sourdine son penchant pour les extrapolations scientifiques pointues, pierre angulaire de son travail littéraire & marque de fabrique inoubliable. Tout en étant parfois rédhibitoire. 

Un rendez-vous manqué donc (dans lequel j'ai aussi ma part de responsabilité), qui n'entame en rien ma confiance dans cette belle collection. Ni dans le travail de l'auteur le plus mystérieux de la planète SF.
______________ 
Intéressant : Oui 
Illisible : Non 
Incontournable : Non 

* « Utiliser la science-fiction pour bricoler des métaphores sur des thèmes familiers revient à la dévoyer ; c’est comme prendre un microscope pour s’en servir de presse-papier » in Greg Egan : une conversation, Bifrost n°88. 
Propos recueillis par Karen Burnham et traduits par Erwann Perchoc

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er