Accéder au contenu principal

Happy! [Morrison/Taylor/Meloni]

Nick Sax
.... Vingt-cinq décembre oblige, le billet du jour sera consacré à un conte de Noël.

Adaptation d'une mini-série de bande dessinée publiée par l'éditeur étasunien Image Comics, Happy!, dont je viens de voir le premier épisode, raconte la rencontre entre un anti-héros dur à cuire (hardboiled) et un « ami imaginaire » !?
Si chez le scénariste de la bédé, et par ailleurs producteur exécutif de la série télévisée, Grant Morrison ce motif n'est pas nouveau (Cf. Bat-Mite lors de son passage sur la franchise du Dark Knight de DC Comics par exemple), au point d'avoir d'ailleurs lui-même vécu une partie de sa vie avec son propre ami imaginaire, un nommé Foxy, télescoper l'univers des criminels et celui des amis imaginaires, est une idée de génie. 
Happy

« Quand ça devient dur de s'y mettre, c'est les durs qui s'y mettent ! »

Cela dit, pour quiconque est familier de la littérature hardboiled, celle de Dashiel Hammett ou de Mickey Spillane, pour ne citer que deux auteurs ayant largement dépassé la notoriété qu'autorise le genre, les monologues (intérieurs) font partie de la panoplie incontournable des durs à cuire qu'ils ont inventés. 
Et rien ne ressemble plus à un monologue que lorsque quelqu'un s'adresse à un ami imaginaire, pour les gens qui eux ne le voient pas.
Il y a là un parallèle amusant, bien que tiré par les cheveux. Oups!!
Patrick McManus/Brian Taylor/Grant Morrison/Christopher Meloni
.... Mais laissons ces considérations pour nous concentrer sur le premier degré, celui où le télescopage d'un univers de durs à cuire et d'une certaine fantasy prend toute sa saveur. 

Chris Meloni, très à l'aise dans son rôle d'ex-flic au bout du rouleau, porte à lui tout seul ce premier épisode, où il n'y a pas de place pour l'ennui. Ni pour les truands ou les pervers dans le collimateur de son avatar cathodique.
Très percutante, la mise en scène ne recule devant rien, et propose fellation suggestive, carnage, torture et mauvais esprit le tout filmé à 100 à l'heure, sans remords ni regrets.
Très proche du souvenir que je garde d'Hyper Tension, un film avec déjà Brian Taylor au scénario et à la réalisation.

.... En définitive, Happy!, est un conte de Noël pour ceux qui croient encore en sa magie, fut-elle pour le coup noire et balistique.  

Et j'en serai !
        
(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…