Accéder au contenu principal

Nous allons tous très bien, merci [Daryl Gregory]

.... Novella traduite par Laurent Philibert-Caillat pour les éditions LE BÉLIAL', Nous allons tous très bien, merci aurait largement eu sa place dans la très belle collection Une heure-Lumière dudit éditeur (si elle avait été créée en 2015), mais peut-être aurait-on alors été privé de l'entretien avec l'auteur, sous la conduite d'Erwann Perchoc, qui se trouve en fin de volume.
Il est d'ailleurs placé à cet endroit pour la bonne raison qu'il ne faut absolument pas le lire (tout aussi intéressant soit-il) avant le récit proprement dit de Daryl Gregory, sous peine d'en éventer les plus savoureuses surprises.
Le toujours excellent Aurélien Police signe la couverture
Récit hantologique par excellence, les 165 pages de l'histoire de ce groupe de parole pas banal, réunit par le docteur Sayer, sont en effet hantées par des traces venues du passé. 
Comme l'Europe par le spectre de Marx, selon Jacques Derrida, à qui nous devons ce néologisme [Pour en savoir +].
Un passé que chaque lecteur, à l'aune de sa propre culture, appréhendera, ou pas. C'est d'ailleurs mon cas. 

Si je crois avoir identifié sans erreur ce à quoi pensait Daryl Gregory dans au moins un cas, je n'ai pour autant pas vu la référence en question, qui n'est pas du tout ma came, ce qui ne m'a pas empêché d'apprécier son récit, bien au contraire. 

En cela Nous allons tous très, merci trouvera une place de choix à côté de La Ligue des Gentlemen Extraordinaires [Pour en savoir +] ou encore d'Injection de Warren Ellis [Pour en savoir +] ou de certains romans de P.J. Farmer [Pour en savoir +], qui relèvent aussi, de ce que j'appelle l'hantologie.

.... Cependant nul besoin de savoir de quel « spectre » s'inspire Harrison, Stan, Barbara, Greta ou Martin pour se laisser embarquer dans ce page-turner impitoyable. 
Au début, on était six : trois hommes et deux femmes, plus le Dr Sayer - Jan, même si certains d'entre nous n'ont jamais réussi à l'appeler par son prénom. Elle était la psychologue qui nous avait déniché, puis persuadé qu'une thérapie de groupe nous profiterait mieux que des séances individuelles.
Après tout, l'un de nos problèmes communs restait que nous pensions tous être uniques. [....]
Ces quelques lignes ont suffit à me captiver jusqu'au bout. 

Lu d'une seule traite Nous allons tous bien, merci est cependant bien plus riche que ne le laisse entendre, justement, la rapidité dont je dis avoir fait preuve. Et si par inadvertance cette richesse nous échappe, l'entretien sus-mentionné éclaire rétrospectivement l'aventure que l'on vient de lire.

.... Court roman très divertissant, Nous allons tous très bien, merci, est aussi un beau travail sur l'inspiration, et le formalisme, et les possibilités pour une esprit inventif de faire du neuf et ce, malgré l'abondance de films, séries télévisée, romans, bandes dessinées, qui s'inscrivent dans le domaine dit de l'Imaginaire, duquel il relève. 

Un roman trois étoiles, lu en quatrième vitesse, dont l'auteur est dorénavant placé en tête de ma liste de ceux à lire impérativement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…