Accéder au contenu principal

Nous allons tous très bien, merci [Daryl Gregory]

.... Novella traduite par Laurent Philibert-Caillat pour les éditions LE BÉLIAL', Nous allons tous très bien, merci aurait largement eu sa place dans la très belle collection Une heure-Lumière dudit éditeur (si elle avait été créée en 2015), mais peut-être aurait-on alors été privé de l'entretien avec l'auteur, sous la conduite d'Erwann Perchoc, qui se trouve en fin de volume.
Il est d'ailleurs placé à cet endroit pour la bonne raison qu'il ne faut absolument pas le lire (tout aussi intéressant soit-il) avant le récit proprement dit de Daryl Gregory, sous peine d'en éventer les plus savoureuses surprises.
Le toujours excellent Aurélien Police signe la couverture
Récit hantologique par excellence, les 165 pages de l'histoire de ce groupe de parole pas banal, réunit par le docteur Sayer, sont en effet hantées par des traces venues du passé. 
Comme l'Europe par le spectre de Marx, selon Jacques Derrida, à qui nous devons ce néologisme [Pour en savoir +].
Un passé que chaque lecteur, à l'aune de sa propre culture, appréhendera, ou pas. C'est d'ailleurs mon cas. 

Si je crois avoir identifié sans erreur ce à quoi pensait Daryl Gregory dans au moins un cas, je n'ai pour autant pas vu la référence en question, qui n'est pas du tout ma came, ce qui ne m'a pas empêché d'apprécier son récit, bien au contraire. 

En cela Nous allons tous très, merci trouvera une place de choix à côté de La Ligue des Gentlemen Extraordinaires [Pour en savoir +] ou encore d'Injection de Warren Ellis [Pour en savoir +] ou de certains romans de P.J. Farmer [Pour en savoir +], qui relèvent aussi, de ce que j'appelle l'hantologie.

.... Cependant nul besoin de savoir de quel « spectre » s'inspire Harrison, Stan, Barbara, Greta ou Martin pour se laisser embarquer dans ce page-turner impitoyable. 
Au début, on était six : trois hommes et deux femmes, plus le Dr Sayer - Jan, même si certains d'entre nous n'ont jamais réussi à l'appeler par son prénom. Elle était la psychologue qui nous avait déniché, puis persuadé qu'une thérapie de groupe nous profiterait mieux que des séances individuelles.
Après tout, l'un de nos problèmes communs restait que nous pensions tous être uniques. [....]
Ces quelques lignes ont suffit à me captiver jusqu'au bout. 

Lu d'une seule traite Nous allons tous bien, merci est cependant bien plus riche que ne le laisse entendre, justement, la rapidité dont je dis avoir fait preuve. Et si par inadvertance cette richesse nous échappe, l'entretien sus-mentionné éclaire rétrospectivement l'aventure que l'on vient de lire.

.... Court roman très divertissant, Nous allons tous très bien, merci, est aussi un beau travail sur l'inspiration, et le formalisme, et les possibilités pour une esprit inventif de faire du neuf et ce, malgré l'abondance de films, séries télévisée, romans, bandes dessinées, qui s'inscrivent dans le domaine dit de l'Imaginaire, duquel il relève. 

Un roman trois étoiles, lu en quatrième vitesse, dont l'auteur est dorénavant placé en tête de ma liste de ceux à lire impérativement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er