Accéder au contenu principal

BURROUGHS de João Pinheiro (et la page 99)

« Le spectacle n’est pas un ensemble d’images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images » GUY debord.

…. Ford Madox Ford (1873-1939), sorte de couteau suisse des lettres britanniques, dont j’ai lu il y a un certain temps déjà l’un des romans, celui co-écrit avec Joseph Conrad, intitulé « L’Aventure », aurait un jour déclaré qu'il pouvait juger de la qualité d'un manuscrit à la seule lecture de sa page 99. 

…. S’agissant de parler d’un ouvrage sur William S. Burroughs, un auteur qui n’a jamais capitulé devant l’expérimentation littéraire, pas plus que João Pinheiro d’ailleurs, et pour cause, le test dit de la « page 99 » semble – pour moi - aller de soi. 

Or donc la 99ème page de Burroughs de João Pinheiro, bédé parue aux éditions Presque Lune, et traduite par Dominique Nédellec, suffira-t-elle à vous donner une idée globale de l’ensemble, et à titiller votre cerveau reptilien ? 
Comme peuvent le voir ceux qui sont coutumiers de l’œuvre de celui que l'on considère parfois comme le « compagnon de route » de la Beat Generation, cette quatre-vingt-dix neuvième page contient certaines des obsessions de Burroughs ; et tel un reflet fidèle des un peu plus de 100 pages de l’œuvre de João Pinheiro, elles les contiennent toutes. Faut-il pour autant avoir déjà lu Burroughs ? Question difficile : en tout cas il est certain que Burroughs en dit énormément sur Burroughs, mais si j’ose dire à sa manière. En d’autres termes Pinheiro a pioché dans les écrits du célèbre junky et dans ce qu’on croit savoir de sa vie pour modeler une quête biographique dont l’enquêteur en est le sujet. Cette page qui est donc sensément selon Ford Madox Ford être ce qu’une goutte d’eau de mer est à la mer, est dessinée - comme toutes les autres - au crayon bleu, ustensile dont se servaient les dessinateurs de bédé, avant l’avènement des nouveaux outils informatiques qui permettent de s’en passer, et dont la propriété principale était de ne pas passer à la photocopie. On pouvait donc esquisser au « bleu », et ensuite crayonner, et encrer par-dessus sans avoir à gommer ; pour quelqu’un comme Burroughs, pour qui les enregistrements, dans la plus large acception du terme, occupent une place aussi centrale dans la pensée ; au point d’en avoir utilisés dans des rituels magiques, cette attention résume toute la démarche de l’auteur de Burroughs, lequel me semble bien avoir compris celle de Burroughs. 

…. En définitive, la page quatre-vingt-dix neuf passe haut la main son propre test, et Burroughs aussi ! 

(À lire ......)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…