Accéder au contenu principal

Everything [Christopher Cantwell / I.N.J. Culbard / Laurent Queyssi]

Ça commence sur un malentendu.
            Lecteur stakhanoviste de bandes dessinées américaines pendant des années, j'ai depuis quelque temps sérieusement levé le pied. Si certains scénaristes se sont enracinés sur ma short list, très peu au demeurant, les autres (les plus nombreux forcément) me sont devenus quasi invisibles illisibles.
Reste une catégorie - les nouveaux venus - à laquelle je reste attentif. Avec une prédilection pour les mini-séries.
            Christopher Cantwell a donc en sa qualité de nouvelle plume, attiré mon attention lorsqu'il a été embauché par Marvel™ pour écrire une histoire du Doctor Doom (alias le Docteur Fatalis). Une attention qui n'a cependant pas tenu longtemps. Je lui ai cependant laissé une chance et je me suis intéressé à la série télévisée Halt and Catch Fire, en même temps qu'à sa maxi-série de BD Blue Flame, chez Vault Comics™, probablement plus personnelle. 
Deux expériences qui ne m'ont pas convaincu davantage.
Reste que la sortie en France chez l'éditeur 404™ d'Everything a malgré tout attiré mon attention.
            Cela dit, c'était d'autant plus mal parti (bis) que le dessinateur de ce qui a donc été une maxi-série commercialisée par l'éditeur américain Dark Horse™, sous le label Berger Books®, les connaisseurs y auront reconnu l’imprimatur de Karen Berger qui a fait de la collection Vertigo® une marque branchée, ... le dessinateur disais-je, I.N.J. Culbard, ne fait pas partie de ceux qui d'ordinaire me font feuilleter leur travail. C'est même plutôt l'inverse.
            Néanmoins, un bruit de fond persistant a eu raison de mes réticences, d'autant que pour le coup Culbard semblait avoir donné à sont trait ce qui me semblait lui manquer. Et son travail de coloriste était en outre de toute beauté.
En sus, l'omnibus de 404™ avait plutôt fière allure. Pour 24,90 euros quand même, mais comme on dit : « le prix s'oublie, la qualité reste ! ».
Et c'est en effet tout ce qui restera d'Everything.
            Comment dire les choses ?
Je crois que le mieux est de citer un extrait de la préface de Christopher Cantwell (traduite par Lauren Queyssi comme le reste du recueil) : « Je crois qu'INJ et moi [...] Nous tentons de tout vous donner en vous offrant, en quelque sorte, rien. ».
Eh bien mission accomplie. 
Everything c'est le catalogue Manufrance© de la citations, une sorte de fanfiction Christopher Cantwell aurait eu à cœur d'inviter tout ce qu'il avait aimé en matière de littérature, de cinéma et de série télévisée, non sans donner à tout ça - Cantwell est un auteur de son temps - un ton engagé. Du moins si j'en crois la quatrième de couverture où Everything est qualifiée de, je cite : « fable complexe, poétique et politique ».
J'ai bien sûr un tout autre avis sur la question.
Cela dit, le pire était encore à venir.
            En effet, j'ai dit que 404™ avait vraiment bien fait les choses, et je réitère ; Everything est un très bel objet. La reliure au dos arrondi est très ergonomique et le papier mat de qualité permet une très fine restitution des couleurs.
Mais le pire disais-je. 
Il est bien sûr dans les détails. Et plus précisément dans la postface d'Aurélien Lemant, où ce dernier écrit, en parlant d'Auschwitz, camp de concentration et d'extermination de sinistre mémoire, je cite : « C'est qu'entre le camp et le centre commercial, les stratégies se rencontrent et s'imitent [..], le centre et le camp doivent nous retenir le plus longtemps possible dans son enceinte, jusqu'à l'immobilité [...] ». Il fallait oser.
Michel Audiart fait dire par l'un des ses personnages en 1963, que c'est à ça qu'on les reconnait. Il avait (encore) raison !
Everything
, récit amorphe, prétentieux et un peu risible (la fin emporte le pompon), en tout cas inoffensif, avait-il besoin de cette comparaison ignoble ?
Ce relativisme désinvolte, dont Aurélien Lemant n'est pas le seul représentant, qui a visiblement échappé à la relecture, est bien plus inquiétant à mes yeux que ce que racontent mollement Cantwell & Culbard. 
C'est d'autant plus inquiétant qu'il ne s'agit plus de se complaire dans le soft power étasunien que véhicule (avec de moins en moins de talent) la pop culture globalisée, mais bel et bien d'affronter la matière grise hexagonale. 
Vaste programme.
            Or donc, si l'Everything original de Cantwell & Culbard fait d'un avatar de Walt Disney le mauvais génie de sa ripopée, la version française de 404™ en propose dans sa postface une version bien plus atterrante & sinistre, certifiée Exception française©.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er