Accéder au contenu principal

The IPCRESS Files [ITV]

Rebaptisée « Harry Palmer : The Ipcress Files » pour sa diffusion par Prime Video™, de ce côté-ci du Channel, la série de 6 épisodes inspirée très librement d'un roman de Len Deighton, ajoute donc le nom du héros à son titre. 
Lequel héros n'avait justement pas de nom dans le roman de 1962.
            En effet, c'est lors des phases de développement du film, trois ans après la publication dudit roman, que l'équipe de production décide de donner un patronyme à l’agent secret, auparavant anonyme. 
Lors d'un déjeuner, Harry Saltzman, le producteur du film, propose à Michael Caine l’interprète du personnage à l'écran un nom passe-partout : « Palmer » !
Caine, comme il le racontera dans son autobiographie, propose en réponse un prénom « Harry ». Ajoutant qu'il était aussi ennuyeux que Palmer était banal. Avant de réaliser que l’homme à qui il s’adressait se prénommait lui aussi Harry.
Fair-play Harry Saltzman accepta. 
            Harry Palmer est un caporal de l'armée britannique, stationné en Allemagne, qui arrondit sa solde grâce au marché noir, florissant en 1962.
Arrêté, et incarcéré à la prison de Colchester en Angleterre, il est rapidement enrôlé dans un service de renseignement afin de l'aider grâce à ses contacts et à sa connaissance de Berlin.
            La grande réussite de la série et de se servir du roman et du film qui en a été tiré, tout en élaborant une intrigue originale.
L'histoire s'appuie en outre sur une théorie de personnages très incarnés. Le seul bémol que j’émettrais, est que le Harry Palmer (Joe Cole) télévisée n'a pas la dangerosité animal que lui prêtait Michael Caine. La contrepartie est que sa collègue Jean Courtney (Lucy Boynton) s'impose avec beaucoup de classe et de sex-appeal comme le « mâle alpha » du binôme (si je puis dire). « IPCRESS Files » convient donc bien mieux, dotant que c'est un véritable travail d'équipe auquel nous allons assister.
Jean Courtney est une de ces héroïnes comme j'aimerais en rencontrer plus souvent. Une sorte d'Emma Peel, mais d'apparence plus guindée. 
            Le reste du casting n'est cependant pas en reste (sic).
Ashley Thomas, dans le rôle très ambiguë d'un agent de liaison de la CIA, remporte haut la main la deuxième place de meilleure présence à l'écran. 
Tom Hollander, dans le rôle du Major Dalby, écope d'un rôle qui d'ordinaire passe les plats aux agents de terrain. Fort heureusement il n'en sera rien ici, et tout une intrigue secondaire, mais astucieuse, lui sera réservée. 
Le reste de la distribution, moins présente, est néanmoins très soignée ; chaque rôle est important, et articule l'ensemble du puzzle.
Lequel est aux « petits oignons ».
            Si on connait les ingrédients, leur accommodement réserve une succession de twists ficelés avec beaucoup de soin. La série se permet même deux clins d’œil cinématographiques en forme d'easter eggs. Le premier anticipe le déroulement de l'histoire, et le second commente la situation. Sympa !
            Une saison dont le brio appelle sans conteste de n'être que la première d'une longue série, comme savent le faire les anglais. 

(À suivre ....?)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er