Accéder au contenu principal

Nexus [Mike Baron & Steve Rude]

Mike Baron et Steve Rude (dit le « Dude », aucune parenté avec l'amateur de russe blanc) se sont rencontrés en 1979 du côté de Madison dans le Wisconsin, autour d'une possible collaboration pour un journal local. Mais c'est en 1981 que les deux compères proposent à John Davis, le patron de Capital City Distribution™ (qui voulait alors ajouter une branche édition à son entreprise), une douzaine de pages de BD qui feront partie du premier épisode de la série Nexus, publié au format magazine. 
Comme le dit Tom Brevoort, pour une raison inconnue beaucoup de nouveaux éditeurs (comme ici Capital Comics™, ladite branche édition mentionnée plus tôt) qui tentaient de percer via le « Direct Market » (vente en magasins spécialisés, achat ferme), choisissaient ce format. 
Après trois magazines en noir & blanc, « Nexus » adoptera le format comic book, et la couleur.
            Nexus est un justicier de Space opera, qui n'est pas sans rappeler le Space Ghost (voir infra la page extraite de l'édition Delirium™). Un personnage de dessin animé créé visuellement par Alex Toth pour les studios Hanna-Barbera Productions™.
Sauf que Nexus, alias Horatio Hellpop, est un personnage nettement moins consensuel que son illustre aîné (voir son origine racontée immédiatement ci-dessous, extraite d'un fanzine français dont le nom m'échappe).   


            À la demande de John Davis le personnage devait être un super-héros. Et s'appeler « The Executioner », ou quelque chose comme ça. En tout cas Mike Baron voulait un « X » dans le nom, parce que c'est toujours de bon augure d'en avoir un quelque part dans le titre. <sourire>
L'idée générale était que le personnage principal soit obligé de tuer, voilà pour l'aspect dramatique ; tout en étant sympathique. Mais il n'a jamais été question de délivrer un quelconque message. Pour ça il y a USPS®.
Ainsi Baron se défend-il d'avoir fait de Nexus une métaphore de la peine capitale, il est seulement au service de l'histoire. Et cela se vérifiera. 
            Je ne sais pas si c'est le trait d'alors de Steve Rude, mais son Nexus m'a aussi fait penser à une sorte de Tarzan de l'espace (son entourage immédiat, qui copie en partie celui du Space Ghost, incite aussi à le penser). Un peu comme Russ Manning, dont l'influence sur le dessinateur est alors patente me semble-t-il, qui après avoir dessiné le seigneur de la jungle d'Edgar Rice Burroughs, a inventé son propre Tarzan, mais parmi les robots : Magnus
En parlant d'influence, Mike Baron dit du travail de son ami qu'il a une patte à la Fleisher©, du nom du célèbre studio de dessins animés. Il dessine, précise-t-il, comme s'il voulait « animer » ses planches. 
Il a aussi, avoue-t-il, une propension à donner aux méchants des histoires un aspect cartoony, amusant ; en décalage avec ce qu'ils font. « Et ça marche ! » 
            Plutôt adepte de scénarios « full script » (i.e. déjà dialogué), Baron y est très descriptifs, de manière à ce que l'information passe principalement par l'image. Autrement dit « Show! don't tel!l », ce qui lui évite les gros pavés descriptifs. 
En outre, il construit ses histoires autour d'une image ou via un personnage marquants. Puis il structure les 22 pages qui lui sont généralement allouées comme s'il écrivait une partition musicale autour de ce point de départ.
            Chose remarquable, dès les premiers numéros de la série, Nexus s'offre une distribution importante, ce qui permet à Baron et à Rude de diversifier leurs récits. 
En effet, se contenter d'avoir comme personnage principal un simple exécuteur serait devenu assez rapidement monotone. Les deux compères inventent donc tout un monde, littéralement parlant, qu'ils n'auront de cesse de faire vivre en mêlant adroitement la destinée des uns et des autres. 
D'une manière assez amusante, à la même époque (1981), à la télévision américaine une série policière s'approprie un concept imaginé par Ed McBain 25 ans plus tôt ; celui d'un commissariat où le personnage principal n'est plus tel ou tel protagoniste, mais le commissariat dans sa totalité. Hill Street Blue suivait à égale distance les différents personnages dans leurs démêlés quotidiens. 
Nexus offre rapidement ce même niveau de mise en récit. Ce qui arrive à Dave n'est pas moins important que ce que fait Sundra Peale ou Tyrone. Et si Horatio Hellpop est le point de rencontre (nexus), ceux qui l'entourent ne sont pas de simples faire-valoir dans les aventures successives qu'ils vivront. La dernière en date (2016) a pris l'aspect d'un comic strip
Nexus n'usurpe pas l'épithète de récit choral.
            Il y a quelques années, les éditions SEMIC avaient tenté l'aventure (avec déjà Alex Nikolavitch à la traduction), mais les lecteurs n'avaient pas été assez nombreux pour qu'elle se poursuive au-delà d'un seul tome. Espérons qu'avec Delirium™ la série trouve enfin les lecteurs qu'elle mérite, Nexus est en effet autrement plus intéressante que ce que la scène contemporaine de la BD américaine nous propose. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er