Accéder au contenu principal

Jo Walton : Le Syndrome de Stockholm

Le Cercle de Farthing 
Hamlet au paradis
Une demi-couronne

Morwenna

Mes vrais enfants

Commencé avec ce qu’il est convenu d’appeler la série dite du « subtil changement », j’ai ensuite enchaîné sans aucun temps mort, avec le reste des ouvrages de Jo Walton que l’on trouve traduits dans l’Hexagone.
Dire qu’elle écrit des romans est une imposture, Jo Walton réalise des prise d’otages, dont le syndrome de Stockholm n’est pas le moindre des effets.

Le Cercle de Farthing, premier tome d’une trilogie, est une remarquable uchronie qui commence comme un whodunit (kilafé) et se révélera très astucieux.
Les deux autres tomes consolident cet univers autours du personnage principal, tout en s’éloignant ostensiblement de ce qui fait l’originalité du 1ertome, sans pour autant perdre ce qui en faisait l’attrait. Manifestement Jo Walton a quelque chose à dire sur certains sujets, et cette trilogie du « subtile changement » est l’occasion de le faire ; tout en garantissant un divertissement de qualité. Un cocktail très efficace pour le coup.

Les sujets de préoccupation de l’auteure, s’invitent encore dans Morwenna, magnifique roman, qui entretient un merveilleux flou sur la réalité de ce qu’on apprend – au travers de son journal – de la vie de l’héroïne éponyme. Jo Walton n’a pas que des idées, elle a aussi un style et une sensibilité qui ne m’ont pas laissé de marbre. (Grâce soit ici rendue aux traducteur-e-s des 5 romans : Florence Dolisi & Luc Carissimo) 

Après l’uchronie et le fantastique, l’écrivaine s’attaque d’une manière très originale aux univers parallèles. Comme dans ses précédents romans le plus remarquable est peut être la manière qu’elle a de dessiner en creux, par petites touches, ce qui différencie notre réalité de celles qu’elle décrit. Et dans le cas de Mes vrais enfants - qui fait mentir l'adage qui veut que la vie est aussi simple qu'un coup de fil - aucuns des deux univers ne correspond tout à fait au notre. 
Autre points forts, ses personnages ne se contentent pas d’en être de bons, ils acquièrent aussi une véritable individualité. Ce qui leur donne une étonnante présence. 
En outre, la relative brièveté de ses histoires (plus ou moins 350 pages), leur donne une fraîcheur et un allant tel, qu’il est difficile d’en suspendre la lecture. Et quand c’est le cas, elles n’ont de cesse de nous inciter à nous y remettre rapidement. 

…. Lu en une semaine chrono, ces 5 romans ont été un très chouette moment de lecture (c'est peu de la dire), et reste une source d'inspiration & de réflexion. Je n'ai qu'un seul regret, ne pas pouvoir dire tout le bien que j'en pense avec le même talent que l'auteure a mis à les écrire.

Jo Walton est désormais une romancière dont je vais guetter les prochains livres.

Commentaires

  1. Morwenna est le premier a avoir été traduit...j'ai tellement été ennuyé ( j'avais l'impression de lire un catalogue des lectures obligatoires de l'imaginaire) que je n'ai pas tenté les autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ses autres romans ne sont pas dans la même veine que celui-là. Tu as toutes les chances d'y trouver ton compte (conte ?).

      [-_ô]

      Supprimer
    2. Le dernier sorti, Mes vrais enfants, a un pitch qui me plaît assez, un peu à la Christopher Priest :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er