Accéder au contenu principal

The Punisher : Hollywood Night

.... Fer de lance des justiciers certifiés 17ème parallèle, fabriqués par l'imaginaire des années 1960-1970, Frank Castle alias le Punisher, est l'avatar number one des représentants d'une longue tradition américaine de l'art de rendre la justice : le vigilante (Pour en savoir +).
Cousin germain de Mack Bolan dit L'Exécuteur, il est cette fois entre les mains du scénariste Nathan Edmondson et du dessinateur Mitch Gerards pour un run d'une vingtaine de numéros, précédant de peu le gros événement marvelien de 2015 : Secret Wars.

.... Le moins qu'on puisse dire c'est que sous la houlette d'Edmondson la violence du Punisher s'exprime ouvertement. Les meurtres de sang froid s'enchaînent de façon explicite, et l'utilisation d'armes lourdes ou d'explosifs apparaît - paradoxalement - comme apaisante. De plus cette violence est communicative, faisant de Los Angeles, le nouveau théâtre d'opération du vigilante numéro un de la Maison des Idées, un champ de bataille qui rappellera des souvenirs douloureux. 

.... Dès le départ Edmondson embraye avec une belle idée, mettre aux trousses de Frank Castle une unité des Forces Spéciales. 
Devenu une proie à son insu le Punisher n'en continue pas moins sa croisade contre la criminalité en s'attaquant ce coup-ci à un cartel sud-américain.
L'atout majeur des vingt numéros est à mes yeux, sans conteste, Mitch Gerards.
Dessinateur, mais aussi encreur et coloriste, Gerards qui réalise aussi de très belles couvertures, est parfois remplacé par certains de ses pairs et alors, la différence se fait - plus ou moins - cruellement sentir.

Et dans ces moments-là le scénario montre aussi ses faiblesses :

•Pauvreté des dialogues
•Complaisance dans la violence
•Scénario très trop basique
•Manque d'humour
•Prosélytisme

En outre plusieurs choix éditoriaux sont contre-intuitifs.
Rien de rédhibitoire dans le strict cadre d'un tel personnage et dans une production mensuelle de grande consommation, mais ce Punisher angelin n'arrive pas vraiment à décoller.
Petite erreur de la traductrice Nicole Duclos,
on parle plus communément d'un étui d'aisselle
Au point que la meilleure idée du scénario (voir supra) est traitée comme on s'y attend. Et qu'il aurait été préférables d'inclure les deux derniers épisodes (#19 & 20) juste avant le 18ème.
Peut-être a-t-il aussi manqué à Edmondson du temps (Secret Wars oblige), car il tente deux percés intéressantes en sous-entendant l'aspect viral de l'entreprise de destruction massive qu'est le PunisherD'abord avec Sam, dont l'évolution est plutôt intéressante, puis avec Tom, sans lendemain

Il se montre aussi très à l'aise avec l'unité des Forces Spéciales lancée aux trousses du Punisher, à qui il consacre d'ailleurs un épisode entier.
.... En définitive Nathan Edmondson & Mitch Gerards (and Co.) offrent au Punisher une parenthèse très « Hollywood Night » (du nom d'un célèbre label de séries télévisées estampillées années 90), à laquelle il n'aurait pas fallu grand chose pour en faire un run plus mémorable. 
Dommage !
_________________
Scénario : 5,97/10 
Dessin : 6 /10 
Appréciation globale Mission accomplie, malgré des tirs amis. 

Commentaires

  1. Un peu comme son run sur Black Widow : c'est bien mais pas top. Et Phil Noto a beau être talentueux, son trit très figé n'allait pas sur une série porté sur l'action ( mais chaque case était belle à tomber ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai prévu de lire ce "run" aussi (à l'occasion) ; je sais à quoi m'en tenir maintenant.

      [-_ô]

      Supprimer
  2. Il est constant en fait le gars. The Activity m'avait fait fuir par contre ( Black Widow j'ai suivi parce que Noto et Widow justement ^^ )

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er