Accéder au contenu principal

Kill the Gringo (Gibson/Grunberg) 2012

…. Écrit à six mains : Mel Gibson, Stacy Perskie & Adrain Grunberg (ce dernier en est aussi le réalisateur) Get the Gringo, titré en globish Kill the Gringo, et dont le titre original est How I Spent My Summer Vacation (un titre qui compte tenu de son sujet est bien plus explicite que les autres), n’a pas eu les honneurs des salles obscures aux Etats-Unis.
Ni en France non plus, je crois.

L’histoire du titre du film serait presque plus longue que son pitch (et je n’ai pas cité le titre québécois : Prison tout inclus), alors que celui-ci met pourtant en scène un Mel Gibson plus cabotin que jamais, et très en forme.
Kill the Gringo est un film qui repose bien plus sur l'abattage de son acteur principal, que sur la trame – cousu de fil blanc – de son scénario :
Incarcéré dans une prison mexicaine, qui ferait passer la prison turque made in Midnight Express pour un club de villégiature trois étoiles, Mel Gibson, dont on ne connaîtra pas le véritable patronyme, genre tête brûlée débrouillard enduit d’une chance de cocu à toute épreuve, va tout faire pour sortir de cet enfer gouverné par le darwinisme social sauce chili (sic).
Mais ce pied nickelé du grand banditisme, a aussi un cœur (alors que quelqu'un cherche plutôt un foie).
Le duo que forme l’acteur avec son jeune « sidekick » (Kevin Hernandez dont c’est nous dit-on le premier film) n’est pas pour rien dans le plaisir qu’on peut prendre à regarder se dérouler cette histoire. 
Et si comme je l’ai dit, la trame est linéaire et dépourvue de véritable surprise, l’humour et les commentaires sarcastiques de la voix over du principal protagoniste – qui commente donc sa propre aventure – donne un chouette moment de divertissement.
J’ai par exemple lu des critiques plutôt élogieuses de The Blood Father, eh bien j’échange – sans regret - deux barils de Blood Father pour un seul de Kill the Gringo

…. En définitive Kill the Gringo ne vaut sûrement pas le prix d’une place de cinéma (mais j'en connais d'autres, et je les ai vus aussi), mais vu à la sauvette, un jour ou rien d’autre ne nous accapare, il fait le maille.

Commentaires

  1. Petit film bien sympa qui pourrait presque être la suite de Payback. voilà un truc qui se regarde sans déplaisir, sans prétention, bien fun et destroy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, belle idée d'y voir la suite de Payback.
      Seulement, j'ai justement vu la version "straight up" il y a quelques semaines, et les caractères des personnages ne correspondent pas trop.
      Ou disons que je vois mal Porter (de Payback)alias Parker de Westlake, dans un coup foireux comme celui qui l'envoie dans la prison de Kill the Gringo.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er