Accéder au contenu principal

Les meurtres de Molly Southbourne [Tade Thompson / Jean-Daniel Brèque]

J'aurais aimé aimer Les Meurtres de Molly Southbourne. Si la formule est éculée, au moins est-elle vraie. Mais avant d'aller plus loin dans ma critique, un mot pour dire que la magnifique couverture du 18ème ouvrage publié dans la collection Une Heure-Lumière™, n'est pas pour rien dans mon envie de lire la novella de Tade Thompson.
Aurélien Police a encore une fois réalisé une magnifique couverture pour la collection du Bélial', sûrement ma favorite de toutes celles déjà publiées.
Or donc, ce qui m'a contrarié dans la centaine de pages du récit proprement dit*, qui paradoxalement est un redoutable page-turner, c'est la propension de l'auteur à ne pas tenir compte des questions que ne manque pourtant pas de poser son intrigue. 

Difficile en effet de croire que Molly, au moins à l'adolescence, n'interroge pas ses parents, de manière frontale, sur ce qui lui arrive (sous-entendu que cet absence d'interrogation favorise le suspense). Tout aussi étrange qu'une « boîte de sécurité » ait autant de pouvoir (sans parler de la somme que pourrait coûter les services requis). Et last but not least, il m'a été tout aussi difficile de croire à « la retraite » de sa mère. En outre, Tade Thompson semble avoir oublié l'amour adolescente de Molly lorsqu'il s'intéresse aux cas de Leon et de James (qui ne semblent là que pour évacuer manu militari ledit James).
Je reste vague à dessein pour quiconque lirait ces lignes sans avoir lu le récit en question, d'autant qu'il le mérite. Mais il n'en demeure pas moins que Tade Thompson me semble un peu trop désinvolte dès lors qu'un écueil risque d'enrayer sa belle mécanique.  

Reste donc un récit enlevé, traduit par Jean-Daniel Brèque, dont la brièveté n'est pas seule raison qui m'a fait le lire d'une traite. 
Si Tade Thompson est pour moi un nouveau venu (l'une des raisons qui m'a fait m'intéresser à sa novella), ce texte, tout aussi inégal que je le trouve, ne sera sûrement pas son dernier que je lirai. Car j'ai bien conscience qu'avec un autre auteur, les points que j'ai soulevés dans ma critiques auraient été absolument rédhibitoires. 

Bref, pas tout à fait satisfait par la tournure de cette novella (dont l'intrigue m'est apparue bien trop artificielle), Tade Thompson reste néanmoins dans mes petits papiers, jusqu'à plus ample connaissance.

En tout cas Apophis a aimé [Pour en savoir +], tout comme Feydrautha [Pour en savoir +].
____________  
* L'éditeur a eu la bonne idée de compléter la novella en titre d'une interview (très intéressante) de l'auteur. Le tout pour seulement 9,99 €, si vous optez pour la version dite  « arbre mort ».

Commentaires

  1. Je viens de le terminer, et les points que tu relèves m'ont aussi fait hausser les sourcils. J'imagine mal une ado ne pas poser mille questions à ses parents pour tenter de comprendre sa particularité et connaitre l'histoire de sa mère.
    Dommage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, néanmoins j'ai l'impression que nombre de lecteurs n'ont pour leur part, pas été choqués pas ces faiblesses.
      Cette novella semble faire l'unanimité dans l'éloge.

      Supprimer
    2. Peut-être est dû au fait que cela soit dans la veine fantastique ? On ne recherche pas forcément d’explication rationnelle.

      Supprimer
  2. Que le personnage accepte son sort sans jamais interroger son entourage est en effet une des faiblesses (pour ne pas dire incohérence) du scénario. Ce n'est pas la seule. D'ailleurs, si l'intrigue est basée sur une bonne idée, elle va souvent vers la facilité et n'est pas exploitée à sa juste valeur. Mais malgré cela, c'est une lecture assez addictive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je trouve aussi que Tade Thompson sait raconter une histoire. Il arrive à faire illusion. [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect