Accéder au contenu principal

Les meurtres de Molly Southbourne [Tade Thompson / Jean-Daniel Brèque]

J'aurais aimé aimer Les Meurtres de Molly Southbourne. Si la formule est éculée, au moins est-elle vraie. Mais avant d'aller plus loin dans ma critique, un mot pour dire que la magnifique couverture du 18ème ouvrage publié dans la collection Une Heure-Lumière™, n'est pas pour rien dans mon envie de lire la novella de Tade Thompson.
Aurélien Police a encore une fois réalisé une magnifique couverture pour la collection du Bélial', sûrement ma favorite de toutes celles déjà publiées.
Or donc, ce qui m'a contrarié dans la centaine de pages du récit proprement dit*, qui paradoxalement est un redoutable page-turner, c'est la propension de l'auteur à ne pas tenir compte des questions que ne manque pourtant pas de poser son intrigue. 

Difficile en effet de croire que Molly, au moins à l'adolescence, n'interroge pas ses parents, de manière frontale, sur ce qui lui arrive (sous-entendu que cet absence d'interrogation favorise le suspense). Tout aussi étrange qu'une « boîte de sécurité » ait autant de pouvoir (sans parler de la somme que pourrait coûter les services requis). Et last but not least, il m'a été tout aussi difficile de croire à « la retraite » de sa mère. En outre, Tade Thompson semble avoir oublié l'amour adolescente de Molly lorsqu'il s'intéresse aux cas de Leon et de James (qui ne semblent là que pour évacuer manu militari ledit James).
Je reste vague à dessein pour quiconque lirait ces lignes sans avoir lu le récit en question, d'autant qu'il le mérite. Mais il n'en demeure pas moins que Tade Thompson me semble un peu trop désinvolte dès lors qu'un écueil risque d'enrayer sa belle mécanique.  

Reste donc un récit enlevé, traduit par Jean-Daniel Brèque, dont la brièveté n'est pas seule raison qui m'a fait le lire d'une traite. 
Si Tade Thompson est pour moi un nouveau venu (l'une des raisons qui m'a fait m'intéresser à sa novella), ce texte, tout aussi inégal que je le trouve, ne sera sûrement pas son dernier que je lirai. Car j'ai bien conscience qu'avec un autre auteur, les points que j'ai soulevés dans ma critiques auraient été absolument rédhibitoires. 

Bref, pas tout à fait satisfait par la tournure de cette novella (dont l'intrigue m'est apparue bien trop artificielle), Tade Thompson reste néanmoins dans mes petits papiers, jusqu'à plus ample connaissance.

En tout cas Apophis a aimé [Pour en savoir +], tout comme Feydrautha [Pour en savoir +].
____________  
* L'éditeur a eu la bonne idée de compléter la novella en titre d'une interview (très intéressante) de l'auteur. Le tout pour seulement 9,99 €, si vous optez pour la version dite  « arbre mort ».

Commentaires

  1. Je viens de le terminer, et les points que tu relèves m'ont aussi fait hausser les sourcils. J'imagine mal une ado ne pas poser mille questions à ses parents pour tenter de comprendre sa particularité et connaitre l'histoire de sa mère.
    Dommage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, néanmoins j'ai l'impression que nombre de lecteurs n'ont pour leur part, pas été choqués pas ces faiblesses.
      Cette novella semble faire l'unanimité dans l'éloge.

      Supprimer
    2. Peut-être est dû au fait que cela soit dans la veine fantastique ? On ne recherche pas forcément d’explication rationnelle.

      Supprimer
  2. Que le personnage accepte son sort sans jamais interroger son entourage est en effet une des faiblesses (pour ne pas dire incohérence) du scénario. Ce n'est pas la seule. D'ailleurs, si l'intrigue est basée sur une bonne idée, elle va souvent vers la facilité et n'est pas exploitée à sa juste valeur. Mais malgré cela, c'est une lecture assez addictive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je trouve aussi que Tade Thompson sait raconter une histoire. Il arrive à faire illusion. [-_ô]

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le téléphone de M. Harrigan [Stephen King / Jean Esch]

Première nouvelle sur les quatre que contient le dernier recueil de S tephen K ing commercialisé en France, « Le téléphone de M. Harrigan » est un joli tour de force.             Superficiellement inoffensive, K ing y joue avec un cliché des histoires d'épouvante auquel n'importe quel aficionados du genre a déjà pensé, « Le téléphone de M. Harrigan » vaut surtout pour le portrait très naturaliste d'un enfant et des ses relations proches. Cela dit, les quelques coups de fils que Craig passera à monsieur Harrigan , et le malaise qui s'ensuivra, ne sont en aucun cas des pièces rapportées qui jurent avec le reste. La nouvelle est au contraire un ensemble très homogène, où l'incursion du surnaturelle appuie là où il faut.             Paradoxalement, alors que l'histoire se déroule au XXI ème siècle, l'impression de se retrouver au cœur des années 1950 ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Du moins des fifties idéalisées ; celles d'une société éta

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule.              Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke © , pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait J eff N oon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in I rvine W elsh & J ohn K ing. Comparé à W illiam G ibson le « pape » du cyberpunk™, J eff N oon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France .  Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture.  Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient p