Accéder au contenu principal

Les meurtres de Molly Southbourne [Tade Thompson / Jean-Daniel Brèque]

J'aurais aimé aimer Les Meurtres de Molly Southbourne. Si la formule est éculée, au moins est-elle vraie. Mais avant d'aller plus loin dans ma critique, un mot pour dire que la magnifique couverture du 18ème ouvrage publié dans la collection Une Heure-Lumière™, n'est pas pour rien dans mon envie de lire la novella de Tade Thompson.
Aurélien Police a encore une fois réalisé une magnifique couverture pour la collection du Bélial', sûrement ma favorite de toutes celles déjà publiées.
Or donc, ce qui m'a contrarié dans la centaine de pages du récit proprement dit*, qui paradoxalement est un redoutable page-turner, c'est la propension de l'auteur à ne pas tenir compte des questions que ne manque pourtant pas de poser son intrigue. 

Difficile en effet de croire que Molly, au moins à l'adolescence, n'interroge pas ses parents, de manière frontale, sur ce qui lui arrive (sous-entendu que cet absence d'interrogation favorise le suspense). Tout aussi étrange qu'une « boîte de sécurité » ait autant de pouvoir (sans parler de la somme que pourrait coûter les services requis). Et last but not least, il m'a été tout aussi difficile de croire à « la retraite » de sa mère. En outre, Tade Thompson semble avoir oublié l'amour adolescente de Molly lorsqu'il s'intéresse aux cas de Leon et de James (qui ne semblent là que pour évacuer manu militari ledit James).
Je reste vague à dessein pour quiconque lirait ces lignes sans avoir lu le récit en question, d'autant qu'il le mérite. Mais il n'en demeure pas moins que Tade Thompson me semble un peu trop désinvolte dès lors qu'un écueil risque d'enrayer sa belle mécanique.  

Reste donc un récit enlevé, traduit par Jean-Daniel Brèque, dont la brièveté n'est pas seule raison qui m'a fait le lire d'une traite. 
Si Tade Thompson est pour moi un nouveau venu (l'une des raisons qui m'a fait m'intéresser à sa novella), ce texte, tout aussi inégal que je le trouve, ne sera sûrement pas son dernier que je lirai. Car j'ai bien conscience qu'avec un autre auteur, les points que j'ai soulevés dans ma critiques auraient été absolument rédhibitoires. 

Bref, pas tout à fait satisfait par la tournure de cette novella (dont l'intrigue m'est apparue bien trop artificielle), Tade Thompson reste néanmoins dans mes petits papiers, jusqu'à plus ample connaissance.

En tout cas Apophis a aimé [Pour en savoir +], tout comme Feydrautha [Pour en savoir +].
____________  
* L'éditeur a eu la bonne idée de compléter la novella en titre d'une interview (très intéressante) de l'auteur. Le tout pour seulement 9,99 €, si vous optez pour la version dite  « arbre mort ».

Commentaires

  1. Je viens de le terminer, et les points que tu relèves m'ont aussi fait hausser les sourcils. J'imagine mal une ado ne pas poser mille questions à ses parents pour tenter de comprendre sa particularité et connaitre l'histoire de sa mère.
    Dommage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, néanmoins j'ai l'impression que nombre de lecteurs n'ont pour leur part, pas été choqués pas ces faiblesses.
      Cette novella semble faire l'unanimité dans l'éloge.

      Supprimer
    2. Peut-être est dû au fait que cela soit dans la veine fantastique ? On ne recherche pas forcément d’explication rationnelle.

      Supprimer
  2. Que le personnage accepte son sort sans jamais interroger son entourage est en effet une des faiblesses (pour ne pas dire incohérence) du scénario. Ce n'est pas la seule. D'ailleurs, si l'intrigue est basée sur une bonne idée, elle va souvent vers la facilité et n'est pas exploitée à sa juste valeur. Mais malgré cela, c'est une lecture assez addictive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je trouve aussi que Tade Thompson sait raconter une histoire. Il arrive à faire illusion. [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…