Accéder au contenu principal

Les sept morts d'Evelyn Hardcastle [Stuart Turton / Fabrice Pointeau]

Un peu à la manière d'Agatha Christie qui en son temps, avec « Le meurtre de Roger Ackroyd », subvertissait les règles de l'enquête policière littéraire, Stuart Turton propose un cadre totalement inédit pour son propre whodunit, et pour tout dire terriblement séduisant.
Une originalité qui malheureusement gardera tous ses secrets ; et qui au fur et à mesure de ce qu'il voudra bien nous en apprendre, la transformera en usine à gaz. 
Ce qui est d'autant plus dommage, que si on fait abstraction de ce qui fait justement son originalité, « Les sept morts d'Evelyn Hardcastle » est du niveau de ce que ce type de roman est à même de produire de mieux.
Mais de manière assez fâcheuse, Stuart Turon s'entête, tout en distribuant des informations qui sapent les fondations mêmes de son entreprise. 

Ainsi en va-t-il de la durée objective de l'enquête, ou des motivations premières du personnage principal masculin ; lesquelles entrent en complète contradiction, et c'est peu de le dire, avec les actions qu'il accomplit au cours des nombreuses péripéties de l'enquête. 
À cela s'ajoute des questions sur la nature de « Blackheath house », ainsi que bien évidement, sur celle des protagonistes eux-mêmes.
L'enquête ne laisse pas non plus d'interroger, surtout dans le contexte particulier du roman :  véritable « cold case » ou exercice programmé ? 

Quelque soit la bonne réponse, aucune des deux ne paraît toutefois satisfaisante, du moins en regard de ce que j'en ai appris grâce à la traduction de Fabrice Pointeau pour les éditions Sonatine

D'autant que la révélation finale surprend quelqu'un qui n'aurait pas dû l'être. À moins que ....

       Bref, Stuart Turton joue, à mon avis, sur bien trop de tableaux à la fois pour garantir à son roman le minimum de cohérence interne nécessaire, pour que le plaisir de lecture supplante celui de tenter de le faire tenir debout.  
« Les sept morts d'Evelyn Hardcastle » aurait ainsi eu tout à gagner à être imaginé au-delà des limites de ses 544 pages, ne serait-ce que pour en éclairer les écueils, et y remédier. 
Peut-être conscient de la fragilité du dispositif sur lequel repose l'originalité de son premier roman, Stuart Turton ne s'y risque pas, et fait l'économise d'une explication (dont je doute qu'elle aurait été satisfaisante).       

« Les sept morts d'Evelyn Hardcastle » n'est pas un mauvais roman, certains l'ont d'ailleurs trouvé très à leur(s) goût(s) [Pour en savoir +], mais il n'est pas de ceux dont je recommanderai la lecture. Ou alors, tout au plus, une recommandation par défauts (sic) !    

Commentaires

  1. Nous ne sommes pas du tout d'accord, ce livre est excellent dans sa construction et dans son intrigue. Les explications sont là même si cela peut être frustrant de ne pas comprendre le "fonctionnement" du truc. (dur de ne pas spoiler !) mais ca marche. Enfin plus pour moi que pour toi... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j'avais cru comprendre en te lisant. Ainsi, pour faire la part des choses, j'avais justement mis en lien ta critique.
      Notamment parce qu'elle recoupe tous les avis, quasi tous positifs, que j'ai pu lire, après coup, sur ce roman.
      Mais comme disait Montaigne, « Je m'avance vers celui qui me contredit » !
      [-_ô]

      Supprimer
    2. J'aime bien cette citation, elle me sied à merveille. Merci, je repasserai !

      Supprimer
  2. C'est l'une de mes prochaines lectures, j'en attendais beaucoup au vue des critiques élogieuses. Maintenant, mes attentes sont moindre et j'espère que les défauts que tu listes ne me feront pas tiquer. Réponse dans quelques jours/semaines

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.             

Vis-à-vis [Peter Swanson / Christophe Cuq]

« Vis-à-vis », de P eter Swanson est, selon son éditeur français, un « thriller psychologique ». Lequel débute par une enquête criminelle dite par interversion. Ou, dans la langue d’ A gatha C hristie, une « howcatchem ».  Autrement dit une enquête où le meurtrier est connu par le lecteur dès le tout début de l’histoire.              On doit cette innovation, qui date quand même de 1912, à R . A ustin F reeman qui le premier l’a utilisée dans un court récit intitulé The Case of Oscar Brodski . L’enquêteur le plus capé dans ce domaine est à ce jour certainement le lieutenant Columbo , de la police de Los Angeles .  Mais « Vis-à-vis » n’est pas sans rappeler non plus le personnage créé par J eff L indsay, dont la notoriété a largement dépassé le cercle des amateurs du (mauvais) genre littéraire grâce à une série télévisée, diffusée durant huit saisons.  Cependant, malgré cet héritage « Vis-à-vis » s’écarte rapidement, et pour n’y revenir qu’à la toute fin, de l’univers policier.