Accéder au contenu principal

PariZ [Rodolphe Casso]

Le « zombie », tel que nous le connaissons aujourd'hui, et qui prend son essor grâce au réalisateur George Romero dès 1968, s'inspire certainement plus du célèbre roman de Richard Matheson « Je suis une légende », que des rites vaudous. 
Ainsi, la horde poussée par le désir instinctif de se nourrir, le décor post-catastrophe, et bien sûr la perspective narrative du rescapé ; tout cela est déjà dans ce roman de 1954. 
On peut aussi y ajouter le thème l'enfermement ; que ce soit une maison, un centre commercial, voire derrière un gigantesque mur.
Dans « PariZ », Rodolphe Casso, dont c'est le premier roman, situe la majeure partie de son histoire dans les couloirs du métro parisien. 

            Mais l'épidémie de « zonards » est surtout un prétexte. 
Il n'est en effet jamais question de « zombies » dans le roman ; pas plus que les personnages dont nous ferons la connaissance n'ont vu ou lu d'histoires les concernant. 

Les zonards donc, sont essentiellement un arrière-plan à l'aventure de trois personnages hauts en en couleur : la Goutte, vieillard alcoolique au dernier degré, la Gâchette, originaire du Mozambique, est un ex-enfant soldat, et la Gobe, jeune teufeur frappé de débilité, qui ne doit son salut qu’à Goa, son chien d’attaque et cerveau auxiliaire. 
C'est d'ailleurs cette dernière description, celle du chien en tant que « cerveau auxiliaire », qui m'a donné envie de lire « PariZ ». Et qui finalement se révélera être un poil exagérée. 

Reste que nos trois clodos feront, dans les entrailles du métropolitain, une rencontre décisive, laquelle les emmènera, et nous avec, vers un nouveau théâtre d'opération. 

            Si de mon point de vue, « PariZ » aurait gagné à faire l'économie de quelques péripéties, ce roman n'en demeure pas moins un très très bon divertissement. 

Comme je l'ai dit, les « zonards » sont la goutte qui tombent dans un vase que d'aucuns attendaient impatiemment qu'il déborde pour en changer. Quelque soit la nature de ladite goutte. 
« PariZ » prend alors l'allure d'un récit de guerre civile, peut-être pas très éloigné de ce qui nous attend tôt ou tard ; celle du tous contre tous. Cela dit, la dimension prophétique n'est pas l'aspect le plus essentiel de cette aventure picaresque, à l'arrière-goût de morts-vivants. 
Nourri par un beau sens du dialogue, des discours inspirés et, d'une manière générale, d'une belle érudition, « PariZ » est roman captivant, que j'ai lu avec une certaine gloutonnerie.
  
En tout état de cause je prends d'ores et déjà rendez-vous avec le roman suivant de Rodolphe Casso, intitulé  « Nécropolitains », toujours publié par les éditions Critic, et encore sous une magnifique couverture d'Aurélien Police.
Un roman qui se déroule, semble-t-il, dans le même « univers ». 

Autrement dit, la promesse d'un bon moment de lecture à venir.

D'autres que moi ont aussi aimé « PariZ », ainsi Le Chien Critique© [Pour en savoir +] qui est un peu le Goa de la blogosphère SfFF™.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er