Accéder au contenu principal

Le sang des Ambrose [James Enge / Marie Surgers / Frédéric Perrin]

Tenant visiblement plus compte de ses propres aspirations littéraires que des attentes du marché, James Enge a d'abord écrit des textes courts, quand bien même les éditeurs d’alors n'en publiaient plus guère. Jusqu’à ce qu’il entreprenne l'écriture de Blood of Ambrose, roman de High fantasy publié aux États-Unis en 2009. 
            « Le sang des Ambrose2010 » est le premier de trois romans (et de plusieurs nouvelles donc) qui ont la particularité d'avoir un personnage principal commun, mais de ne pas être une trilogie feuilletonnante. Autrement dit, ce roman, le seul d'ailleurs publié en français, se suffit totalement à lui-même. 
Et risque de vous contenter tout autant. 
« [...] et la journée avance, et bientôt ces foutus zombies essaieront nos sous-vêtements. » 
Le livre débute sur les chapeaux de roues le 25 souvenir, 330 apr. U. 
             Plongé in medias res, dès la première page, l'histoire ne nous donnera le temps de souffler qu'avec parcimonie. Si les péripéties ralentissent parfois, la richesse du monde secondaire inventé par James Enge échange alors l’énergie des combats et la sournoiserie des coups bas contre une ménagerie hétéroclite (golems, zombies, cheval volant, etcétéra), un système magique attrayant (façon mystère et boule de gnome), et une géographique tout aussi riche d’intérêt. 
Le tout irrigué par une théorie de personnages qui se disputeront tour à tour votre attention. 
Dont le personnage principal, surnommé le « Déjeté », fruit d’un brainstorminger d’enfer duquel est sorti finalement une quasi d'antithèse de James Enge lui-même. 
Toutefois, le bien nommé Morlock, est aussi le porte-drapeau d’une revendication. 
            En effet, James Enge n’a pas du tout apprécié le traitement que Tolkien avait réservé aux Nains de son célèbre roman. Lesquels, et là je m’adresse à Peter Dinklage, ne sont pas des victimes d’une maladie, mais les représentants attestés d’une des races que l’on rattache au communément au « Petit peuple » des légendes. 
Des personnages qui certes, font parfois les frais de stéréotypes, mais qu’on prendra bien soin de ne pas croire (ni de faire croire) qu’ils attentent à la dignité des individus de petites tailles tout ce qu’il y a de plus réel.
Ceci étant dit, James Enge fait donc de son héros « malgré lui » le fils adoptif d’un Nain. 
« Je te laisserai crever, ce coup-ci, petit enfoiré de merde » 
            Or donc, Morlock dont l’onomastique renvoie délibérément à la geste arthurienne ne se ménagera pas dans cette guerre civile qui n’est pas sans rappeler l’éternel affrontement entre la Loi et le Chaos©
            Manifestement James Enge ne confond pas la littérature, fût-elle d’évasion, avec USPS, « Le sang des Ambrose » ne fait donc aucune concession avec l’air du temps qui veut que tout soit politique (spéciale dédicace à Tyrion) et laisse s’épanouir un plaisir que je vais finir pas croire coupable, celui de se divertir en sortant - justement - de son quotidien. 
            Au final « Le sang des Ambrose » est un récit de High fantasy haletant, plein d’humour, écrit avec un mauvais esprit assez rafraîchissant. 
Seule histoire de James Enge à avoir traversé l’Atlantique, sa publication il y a déjà une douzaine d’années, laisse craindre que ce soit désormais la seule. Dommage !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er