Accéder au contenu principal

כָּפוּלים

C'est à Maria Feldman, que l'on doit le sujet de « False Flag2015 », développé ensuite conjointement avec le scénariste Amit Cohen pour la chaîne de télévision israélienne Aroutz 2. 
            Inspirée par une autre série télévisée intitulée Hatufim (dont Homeland est un remake étasunien), sur laquelle la productrice avait précédemment travaillé, et dont elle attribue – rétrospectivement - le succès surprise à travers le monde à la place qu’y tenait les gens ordinaires. « False Flag », titre qui évoque les actions menées par un pays contre un autre en utilisant de faux signes d'identification, mettra donc en scène cinq individus, apparemment impliqués contre leur gré (?) dans un événement géopolitique qui les dépassent (?). 
            Nécessitant un élément déclencheur, ce thriller ira le chercher dans le souvenir des images de vidéo-surveillance qui avaient été diffusées suite à l'assassinat bien réel de Mahmoud al-Mabhouh, en 2010, à Dubaï. Et dont l'enquête avait révélé que les individus suspectés d’y avoir participé, avaient utilisé de vrais-faux passeports de ressortissants israéliens. 
            Les huit épisodes de la première saison de « False Flag » suivront ainsi l'enquête menée par le Shin Bet (le Service de sécurité intérieur israélien) sur cinq israéliens accusés par Moscou d'avoir enlevé le ministre iranien de la Défense sur leur sol. Deux hommes et trois femmes dont l'identité sera dévoilée sans égard, par la télévision israélienne.
            Essentiellement rythmé par ses personnages principaux, ce thriller au budget étique adopte, sous cette contrainte, une approche sans afféterie. L'idée est de suivre ces cinq suspects au plus près (dans tous les sens du terme), sans jamais en savoir plus qu'eux sur ce qu’ils veulent révéler. 
Si toutefois on n’est pas dans leur tête, on peut néanmoins relier ce qu'on sait de chacun d'entre eux (et que parfois les autres ignorent), et en tirer des hypothèses. 
Que le scénario s’ingénie d’ailleurs - le plus souvent - à démonter. 
            Plus tordue qu'un politicien en campagne, « False Flag » ne fait cependant aucune promesse qu'elle ne pourra tenir. 
 
(À suivre ......)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er