Accéder au contenu principal

Le Montage [Vladimir Volkoff]

Commercialisé en 1982, « Le Montage » est, non pas (seulement), un roman d'espionnage, mais surtout un roman sur l'espionnage.
            Le Retournement, publié 3 ans plus tôt, a été un très grand succès ; et a valu à Vladimir Volkoff d'accéder à une grande notoriété. Ce qui lui vaudra de rencontrer Alexandre de Marenches, notamment directeur du SDECE (devenu depuis la DGSE) de 1970 à 1981, qui lui aurait donc commandé un roman sur la désinformation, arguant qu'un essai sur le sujet n'aurait pas le même impact. Fervent anticommuniste Marenches, qui venait de découvrir Sun Tzu, général chinois du VIème siècle avant J.-C, à qui on attribue l'ouvrage depuis souvent cité L'Art de la guerre, trouve en Volkoff l’orfèvre qu'il lui fallait. Et incite ce fils de russe « blanc » à devenir un spécialiste du genre (que son passé militaire avait par ailleurs bien préparé à être).
Très mal reçu à l'époque par l'intelligentsia germanopratine, « Le Montage » vaudra à Vladimir Volkoff d'essuyer les anathèmes, toujours en vigueur aujourd'hui, visant à le discréditer en faisant l'économie de parler de ce qu'il a écrit. Il faut dire que si l'U.R.S.S. était perçue globalement comme un adversaire, les médias et la culture dominante française penchaient déjà vers un gauchisme progressisme intransigeant.
            Or donc, « Le Montage ».
Vladimir Volkoff a l'excellente idée de mettre en scène un agent d'influence, sous la couverture d'un agent littéraire, recruté en son temps par un mystérieux (et très romanesque) Directoire soviétique, et dont les missions qu'il effectuera pendant presque 350 pages ne seront que timidement évoquées. Ce qui donne à la fois un roman à clés (?), mais surtout un récit intemporel.
C'est d'ailleurs ce qui m'a le plus frappé.
            Si à l'époque la guerre d'influence, ce qu'on appelait pas encore le soft power, se jouait entre deux puissances, aujourd'hui on constate un éclatement des fronts multipliant d'autant les infox. Et une propagande nettement moins discrète. Ce qui cependant n'enlève rien à la pertinence de ce qu'a écrit Volkoff il y a 40 ans. 
C'est simplement devenu pire. 
D'autant que l'Histoire a la très mauvaise idée, ces dernières semaines, de remettre ça à l'Est (ce qui nous vaut quelques injonctions à aller s'y battre de la part de gens qui n'iront pas). Et comme si ça ne suffisait pas, même le FLNC fait reparler de lui. Tout cela sur fond de campagne électorale présidentielle (et ses à-côtés comme la proposition de pénaliser le non-partage des tâches ménagères) et une queue de comète toujours contagieuse de COVID-19 (dont on ne parle d'ailleurs plus tellement). Sans oublier (mais j'en oublie) un journaliste du Canard Enchaîné, tout droit sorti du roman de Volkoff. Excusez du peu ! 
« Le Montage » n'a qu'un seul défaut, il ne peut pas être lu, aujourd'hui encore, uniquement pour son côté divertissant. Ce qu'il est pourtant, aussi.
            Alors même que ses personnages principaux sont extrêmement romanesques, que les missions d'Alexandre Psar ne seront qu'à peine évoquées, que la fin du roman rappellera de très bons souvenirs aux lecteurs des aventures de Langelot, « Le Montage » est un vade-mecum de la désinformation toujours d'actualité. En plus d'être un page-turner qui n'a pas pris une seule ride.         

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er