Accéder au contenu principal

Le Hussard retouve ses facultés [Bruno Lafourcade]

Fafs versus Antifas 
            Francis Bergeron et Pierre Gillieth, tous les deux classés à « droite » sur le spectre politique français, et qui dirigent la collection « Lys noir » chez l’’éditeur Auda Isarn™, ne se cachent pas de publier des polars « engagés ». 
Comme d’autres avant eux. 
Toutefois la littérature policière a surtout été, et est encore, dominée par des auteurs de « gauche ». 
Je dirais d’ailleurs que d’une manière générale, la culture de masse française est de « gauche ». Sauf qu'aujourd'hui il s'agit d'une « gauche » morale & progressiste dans laquelle je ne me reconnais pas. 
            Dans cette collection donc, Julien Ardant dit le Hussard est comme qui dirait l’avatar de « droite » du détective amateur libertairement correct connu sous le surnom du Poulpe, alias Gabriel Lecouvreur (Ed. Baleine™). Une sorte d’anti-SAS ; comme on a pu le présenter à l'époque de sa splendeur éditoriale (1995-1997). 
            Comme son modèle (?) idéologiquement correct, chaque enquête du Hussard est écrite par un auteur différent. Et quand il n’enquête pas, le Hussard est libraire. 
            À l'instar de tout bon personnage de fiction qui se charge de rendre justice lui-même, Julien Ardant a vécu un apax existentiel : sa fiancée – Sophie – est morte pendant les attentats du 13 janvier 2015, alors qu’elle dinait au « Petit Cambodge ». Secondé par un ex mercenaire, Léopold von Kluge, et un journaliste, Pierrick Le Venez, le Hussard traque donc l'injustice :« il s’en prend aux passeurs de migrants, aux trafiquants de toutes sortes, aux agents dormants de Daech, aux militants associatifs criminels,... », dixit Bruno Lafourcade l'auteur du neuvième volume de ses aventures, dont justement je vais parler ici même. 
De mon point de vue, les temps ont changé. 
C'est parce que je suis de gauche que je ne suis plus de gauche 
            Si le Poulpe, était un « héros de gauche doté d'une conscience politique face aux choses graves », de nos jours des choses toutes aussi graves se produisent, mais la « gauche », libérale-libertaire ne s'en soucie guère, quand elle ne les appelle pas de ses vœux. 
            Les dernières éructations sur la police « qui tue » d'un prétendant (sic) au fauteuil de premier ministre n'en sont que la partie émergée, et pas seulement électoraliste. 
L'offensive racialiste (pour ne pas dire woke) jusqu'au plus haut sommet de l'État, ne semble pas plus poser de problème. Pire, l’opposition à cette nomination est derechef transformée en racisme quand elle est relatée. 
Participer à une manifestation où des «« Allahu akbar » » fusent est tout aussi anodin. 
Refuser le slogan « vous n'aurez pas ma haine » parce qu'on a perdu sa propre fille dans un attentat, c'est « faire le jeu des extrêmes ». 
Sans parler de ce moment proprement orwelien (!) où deux ministres présentent une cécité partisane et contaminant, lors d'une rencontre de football récente. 
Ou encore (liste non exhaustive, mais j'arrête là) la situation de cette présentatrice d'émission de télévision, contrainte de vivre sous protection policière pour avoir mis, au sommaire de ladite émission, un reportage sur ce qui se passe à Roubaix.
Padamalgam© 
            Bref, le Hussard dans cette aventure va aller se frotter à un blocus de fac (quand d'autres se frottent aux arbres). Pas celui de la Sorbonne de l'entre-deux-tours des dernières présidentielles, preuve s'il en fallait que jeunesse privilégiée et démocratie ne font pas bon ménage, mais celui de la fac de Montpellier (montant des dégâts estimé : 300 000 euros) en mars 2018. 
            C'est enlevé, amusant, et outrancier. Mais pas plus outrancier que ce que l'on nous distille chaque jour. Bruno Lafourcade est visiblement de parti pris, seulement sa position est minoritaire, quasi contre-culturelle. Cataloguée à n'en pas douter comme l'une des nombreuses sœurs sombres que la « gauche » ne manque jamais d'évoquer (d'invoquer ?).   
            Satire d'un progressisme qui se satisfait simplement de l'être, quand bien même ses conséquences ne toucheront sûrement pas ceux qui le promeuvent. Croient-ils ! 
Un peu comme ce « philosophe » qui appelle à aller se battre en Ukraine, quand lui-même n'y va pas, et s'en vante. 
Le progressisme est un humanisme, vous dis-je ! 
            Au final « Le Hussard retrouve ses facultés » ne changera certainement pas la société que certains sont en train de bâtir déconstruire, mais au moins offre-t-il une parenthèse cathartique. Une pose dans un immense chantier de démolition culturel & sociétal. 
Merci !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er