Accéder au contenu principal

Le jardin de Kanashima [Pierre Boulle]

Roman historique d'anticipation scientifique en 1964, au moment de sa publication ; « Le jardin de Kanashima » serait probablement une uchronie s'il était publié aujourd'hui.
Bien que la couverture de l'édition de poche déflore l'issue de la course aux étoiles que le roman romance, « Le jardin de Kanashima » garde sa puissance évocatrice intacte.
En outre difficile (mais pas impossible) d'anticiper l'épilogue que nous réserve Pierre Boulle.
            Écrivain majeur de langue française presque complétement oublié aujourd'hui, Pierre Boulle reste néanmoins plus ou moins présent dans l'imaginaire collectif grâce à deux adaptations cinématographiques de ses œuvres : Le pont de la rivière Kwaï1957, et surtout, bien sûr, La Planète des singes, franchise multimédia (cinéma, télévision, bande dessinée, dessin animé, etc.) qui voyait en 2017, presque 50 ans après le premier film, un nouveau long-métrage rapporter près de 500 millions de $.
            Cela dit, je ne suis pas très différent de mes contemporains, et c'est en cherchant un autre roman de Pierre Boulle, réputé comme un récit d'espionnage incontournable que je suis tombé sur cette couverture. 
Pour bien présenter ma situation d'alors j'étais (et je suis encore) en plein visionnage de la série télévisée For All Mankind. Cas de synchronicité quasi parfait, je ne pouvais pas ne pas me plonger derechef dans le roman de Boulle. 
            Paru en 1964 donc, et dit-on remanié au fil de certains événements survenus pendant son écriture, « Le jardin de Kanashima » anticipe les premiers pas d'un homme sur la Lune. Dont Pierre Boulle ne connaissait bien évidemment pas le résultat final.     
            Le roman s'inspire librement de la vie de Wernher von Braun, rebaptisé pour l'occasion von Schwartz, et de sa trajectoire du petit port de Peenemünde en Allemagne jusqu'aux U.S.A.. Quelques flashbacks expliquent son itinéraire intellectuel l'y ayant amené, et la connaissance qu'en avait Pierre Boulle. 
« Il apparaîtra avec évidence qu’un ou deux héros de ce roman (l’un surtout) ont été inspirés par des personnalités existantes. (Je ne parle pas, bien entendu, des chefs d’État, qui sont encore plus transparents, s’ils ne sont pas nommés explicitement.) Ne pas l’admettre serait non seulement hypocrite, mais ridicule. J’ai adopté les grandes lignes de leur carrière, telles qu’elles sont rapportées par les journaux ou dans des notices biographiques, mais j’ai imaginé l’arrière-plan de ces faits à ma façon. J’ai emprunté à leur vie ce qui m’était utile ; j’ai rejeté ce qui ne me servait pas ; j’ai transformé ce qui me semblait indifférent ; j’ai inventé ce qui me manquait. » (extrait de l'avant-propos de l'auteur) 
Toutefois Pierre Boulle invente une rencontre à Peenemünde, que rien ne corrobore, laquelle expliquera le twist qu'évente donc la couverture, et fait de la base militaire allemande de l'île d'Usedom le point de départ d'un noyau de scientifiques qui irrigueront - avec plus ou moins de réussite - le monde de l'immédiate après-guerre de leurs idées sur le conquête de l'espace.
Même si Pierre Boulle se concentre essentiellement sur les États-Unis et la confrontation que mène la pays de l'Oncle Sam contre celui de l'Oncle Joe. avant que n'apparaisse un outsider (que toutefois nous n'avions pas totalement perdu de vue).
            Roman captivant de bout en bout « Le jardin de Kanashima » porte l'estocade en imaginant une solution finale (sic) originale, mais pas totalement imprévisible, et un épilogue dont le roman national japonais n'aura pas à rougir.
Maître de son sujet, Pierre Boulle imagine d'ailleurs un financement pour le projet nippon qui allie la libre entreprise et une certaine idée du collectivisme. Magistrale !
Je crois même qu'il évoque sans les nommer, les maintenant célèbres clans du crime organisé japonais, les yakuzas
Un roman et un auteur à - assurément - (re)découvrir !  
____________
Pour ceux qui voudraient des éclaircissements sur la part qu'occupe la réalité dans cette fiction, le blog de Herveline Vinchon - Chroniques Terriennes - est un passage obligé.        

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er