Accéder au contenu principal

Utopia Avenue, un roman progressiste

Imaginez un Malcolm McLaren d’aujourd’hui, recrutant pour un boy band comme il l’avait fait en 1975. 
            Mais au lieu d’engager 4 punks vociférant ce McLaren conceptuel, qui d’ailleurs s’appellera Levon Frankland pendant plus de 700 pages, se préoccuperait plutôt d’inclusivité que de choquer le bourgeois. Enfin pas vraiment lui, mais David Mitchell l’écrivain qui lui donne vie dans « Utopia Avenue », titre homonyme du groupe musical en question. 
Rien ne manque en effet à la liste, il y a même un patriarche blanc de plus de 50 ans, quasi coupable d’un « féminicide ». Sans rire ! 
            Or donc, cet éphémère groupe (imaginaire), Utopia Avenue donc, constitué sur les bases bien-pensantes d’aujourd’hui va remuer la scène musicale du Swinging London©, et croiser tout ce que le gotha Rock & Folk de la fin des sixties compte comme pointures de la scène musicale. 
Roman bien-pensant, mais aussi – surtout- roman bien pensé, « Utopia Avenue » emprunte donc la colonne vertébrale de son histoire à celle des Sex Pistols (ce qui n'est certainement pas tout à fait innocent). Jusqu’à imaginer un esclandre à la manière de celui du 1er décembre 1976, ou une tournée au Pays-Bas
            Sûr qu’avec cette approche politiquement correct David Mitchell va enfin conquérir le cœur de l’intelligentsia germanopratine, et coiffer la couronne d’auteur majeur qui lui revient. C’est du moins ce qu’espère Lire, magazine littéraire™ dans sa 508ème livraison. Lequel magazine reconnait à l'auteur anglo-saxon, dans son édito, un écueil, qui ne sera cependant pas soulevé durant l’entretien au sommaire dudit numéro (?).
David Mitchell est en effet un auteur « des littératures de l’imaginaire ». Et sans surprise « Utopia Avenue » est un roman de (mauvais) genre. Vendu au prix de 25 euros, et traduit par Nicolas Richard. 
C’est dire la déconvenue qui guette les amateurs de littérature blanche (sic) lorsqu’ils découvriront que le « surdoué des lettres britanniques » a encore [Pour en savoir +] écrit un roman Fantastique. Caramba, encore raté !
N’est pas Annie Ernaux qui veut. <Sourire>
            En résumé, « Utopia Avenue » est une belle réussite, voire un coup de maître, entendu qu’il accumule (pour moi) les défauts rédhibitoires de laisser l’impression d’avoir été écrit par un groupe de sensitivity readers très méticuleux. Ce que je ne ferais pas l’affront de laisser croire, ni de croire. Le talent de David Mitchell permet en tout cas de passer outre. 
Par contre difficile de laisser passer une erreur de traduction assez grossière, qui apparemment n’a ému personne aux éditions de l’Olivier™, alors qu’avoir « un sourire qui est à la fois la cape et l’épée » aurait dû faire bondir n’importe quel relecteur parlant correctement français. 
Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que je rencontre l’expression « cloak and dagger » traduite littéralement. D’une manière plus prosaïque elle qualifie l’idée du mystère, du secret.  Voire dans le cas présent de l’ambiguïté.
Et en sus je crois qu’une référence au film Casablanca1942 de Michael Curtiz est passée sous les radars. En tout cas ceux qui ne la saisiront pas seront sûrement étonnés d’entendre la mère de Dean lui dire : « Rejoue-la, Sam. » <sourire> 
            Roman progressiste, mais captivant « Utopia Avenue » est une belle entrée dans l'univers interconnectés des romans de David Mitchell. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er