Accéder au contenu principal

Traqués [Adrian McKinty / Pierre Reignier]

La couverture est un condensé de ce qui nous attend, comme souvent lorsqu’il s’agit d’un roman dit de (mauvais) genre. Le titre, « Traqués », très explicite ; et l’illustration nous plonge déjà dans ce qu’on suppose (avec raison) être un survival. Doublé d’un mystère, si l'on est attentif. 
Je poursuivrai mon autopsie en invitant Bryan Edward Hill, scénariste de bande dessinée et script doctor, qui est à l’origine d’une théorie. 
            Idéalement dit-il, dans un récit de (mauvais) genre « vous vous ne devriez pas avoir besoin du monstre, du voleur, du robot, etc. pour que votre conflit dramatique tienne la route. » Il doit y avoir, ajoute-t-il, un sérieux conflit dramatique avant même que ne soit introduit l'élément qui fera du récit en question un film de Sf, une BD de Fantasy ou comme ici un survival novel. Alors rassurez-vous, c’est bien le cas. 
Même si celui-ci n’est pas apparent de prime abord. 
            Second invité, madame Linda Williams, professeure émérite à l'Université de Californie Berkeley dans les départements de cinéma et médias, et de rhétorique. Auteure notamment de Hard Core1999 , sous-titrée « Power, Pleasure and the Frenzy of the Visible », dans lequel elle traite du cinéma pornographique ; et propose un moyen qui permet de dire si telle ou telle histoire ressortit aux (mauvais) genres. 
Tout d’abord, tout récit de Western, de Fantasy, de Polar ou de Sf (liste non exhaustive) propose des éléments que vous vous attendez à trouver en vous y plongeant. Vous ne venez pas pour eux, mais pour l’histoire, les personnages, un savoir-faire, etc.., mais leur absence vous feront vous récrier. Ces éléments ne sont évidemment pas interchangeables, mais propres à chaque (mauvais) genre. Il ne vous viendrez pas à l'idée de maudire Le Parrain en réclamant des chansons. Ce qu'il serait par contre légitime de faire pour Chantons sous la pluie.
En outre, ces figures incontournables doivent être indispensables à l’histoire. 
Si elles ne sont là que pour faire tapisserie, ou si elles se produisent en cours de route sans véritable incidence sur l'histoire, alors nous ne sommes pas devant un (mauvais) genre. 
Rassurez-vous, « Traqués » est définitivement un survival
Mais est-il bon ? 
            Eh bien à dire vrai, il met un peu de temps à se mettre en route. Si l’élément déclencheur arrive assez tôt, et si la tension est là encore plus tôt, on doit attendre un certain temps avant que le gibier ne prenne les mesures que l’on attend. C'est d'autant plus frustrant qu'un prologue nous met l'eau à la bouche.
Cela dit, une fois prises les « bonnes » décisions, ça dépote sévère. 
En fin de compte « Traqués » est un divertissement qui ne déçoit pas, mais qui aurait gagné à mettre le starter au démarrage. 
_________
Je voudrais remercier Neil Gaiman, qui dans son ouvrage Vu des pop cultures (traduction de l'estimé Patrick Marcel), cite la théorie de Linda Williams, avec force exemples.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er