Accéder au contenu principal

Greatest Hits




- Where are we going ?
- To the top, Johnny.
- Where's the top, boys ?
- To the toppermost of the poppermost !

Hambourg - 1962




... L'animation n'était pas dans le Lennon's Bar pourtant pas mal bondé, non, à une heure du mat' c'est dehors que ça se passait.
Un type hirsute qui avait dû jouer à la moissonneuse à houblon une bonne partie de cette sainte journée haranguait les noctambules.
Et puisque j'avais rien de mieux à faire, j'ai remonté mon col - un putain de vent glacé glissait le long des rues de Liverpool depuis les docks pour vous lécher l'échine avec insistance - et j'ai écouté.

Selon lui, les Beatles, n'étaient pas le plus grand groupe de pop music du monde mais un putain de groupe de super-héros connu sous le nom de The Mates.


Rien que ça, bon faut dire qu'il savait tenir son auditoire le gus, c'est pourtant pas les distractions qui manquaient aux abords du troquet, entre les groupes de japonais ou d'italiens qui rejouaient les tubes des Fab Four ou les filles fringuées comme à Ibiza, la concurrence était rude.
Ibiza
!
Je sais pas où va le monde mais j'espère que c'est pas à Ibiza, donner un nom de bagnole à une île, sont forts ces promoteurs.

Mais Archie Sugg est une figure du Liverpool nocturne et interlope, un scouser, un autochtone quoi !
Un ancien reporter de la BBC tombé en disgrâce réduit à vivoter en faisant des piges, et quand la marée est trop fort il grimpe sur sa caisse à houblon et régale la cantonade avec des histoires toutes plus incroyables les unes que les autres.

Cette nuit, c'est l'histoire d'un groupe de super-héros The Mates qui mène une vie très drogue, sexe et rock'n'roll et dont le parcours épouse point par point les grandes étapes vécues par les Beatles.

Jusqu'au célèbre Bed-in de Yoko Ono et John Lennon.




Si ce n'est que The Mates affronte qui des robots, qui des aliens en guise de concert.

De retour à l'intérieur du bar, mon abnégation à des limites, j'en ai appris un peu plus sur l'affaire.

On dit que le propre fils de Sugg, Nick Mansfield projette à l'instigation de la productrice Ethel Rotstein un documentaire sur les élucubrations de son paternel, à qui il voue pas mal de rancœur soit dit en passant. Il faut dire qu'Archie Sugg a plutôt brillé par son absence durant la jeunesse du jeune Nick. Classique !
On murmure d'ailleurs ici, que la progéniture va régler ses comptes avec le vieux et tenter pour le coup de se remettre en selle côté cinoche, faut dire que depuis Kiss Me son parcours ressemble plus à une traversée du désert qu'à un long et langoureux baiser avec Hollywwod.



Bon c'est pas à moi de le dire étant donné que je m'y connais plus en carburant qu'en clitoris, mais si cette histoire finit par se faire je pense qu'il y a matière à passer un bon moment, ouais !
Pas comme l'histoire de ce type que m'a racontée ce vieux roublard de Constantine.

Le type débarque en Enfer en tirant une gueule de six pieds de long.

Satan qui passe par là l'interpelle : Salut toi ! Pourquoi tu fais la gueule ?

Le type : Bin, premièrement je suis mort et deuxièmement je suis en Enfer. Y a pas de quoi se réjouir, non ?

Satan : Ça dépend, tu sais c'est pas mal ici ... Tu fumes ?

Le mec : Bin ouais !

Satan : Alors tu vas aimer les lundis, parce que les lundis on fume toute la journée, des cigares maousses costos, des clopes à gogo, sans angoisse du cancer ... remarque c'est normal, t'es déjà mort !

Le mec : Ah ouais, pas mal !

Satan : Tu bois ?

Le mec : Bien sur ...

Satan : Alors tu vas aimer les mardis, ce jour-là on picole du pinard, de la bière, de la vodka, tout ! Pas de soucis avec la cirrhose ... t'es déjà mort !

Le mec : Ah ouais, pas mal comme début de semaine ...

Satan : Et t'as pas tout vu, la bouffes tu aimes ?

Le mec : Je baffre comme un porc.

Satan : Tant mieux parce que les mercredis on s'empiffre de la barbaque bien grasse, des tonnes de desserts, du fromage qui pue, sans se soucier du cholestérol. Facile, t'es déjà mort !

Le mec : De mieux en mieux, mon pote.

Satan : Et la dope, t'en es ?

Le mec : Régulièrement.

Satan : Alors les jeudis c'est pour toi, on a tout l'herbe et toute la poudre dont on puisse rêver, et pas d'overdose à l'horizon... hein pourquoi, parce t'es déjà mort !

Le mec : Yes ! Je croyais pas que l'Enfer c'était si groovy ...

Satan : T'es pédé ?

Le mec : Non ... Pourquoi ?

Satan : Ouuuuuuhhhlala, alors tu vas pas aimer les vendredis toi ...







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…