Accéder au contenu principal

Terminator : Les Chroniques de Sarah Connor

Le premier qui s'endort, réveille l'autre.

... Je viens de m'apercevoir en regardant la série télévisée Terminator : The Sarah Connor Chronicles que les "Résistants", qui s'opposent à la création de Skynet luttent en fait contre la singularité.



Cette théorie avance qu'au cours de son évolution l'humanité parviendra à un "point" à partir duquel la technologie ne sera plus le résultat de l'invention humaine mais le fruit de cette même technologie.
Non seulement nos machines créeront d'autres machines mais ce développement subira une accélération accélérante.

Or donc, Sarah Connor lutte en compagnie de son fils John et de Cameron, un Terminator (ami) envoyé du futur (par la Résistance) pour les protéger contre d'autres Terminators (ennemis) envoyés eux par Skynet.

Le moyen le plus important de cette lutte repose sur le voyage dans le temps.

Si des Terminators (ainsi que le propre pére de John Connor celui qui deviendra le héros de la résistance) sont envoyés du futur, le trio de héros a lui-même effectué un saut de 6 ans dans le futur.



La simple lecture des lignes qui précédent fait ressortir ce qui guette tout voyage temporel, le paradoxe. Ici, par exemple, un homme venant du futur est envoyé par le chef de la Résistance dans le passé (le présent de la série) par son meilleur ami pour protéger sa mère( Sarah Connor). Ce faisant il va se lier avec elle ce qui donnera naissance à leur enfant, John Connor, le chef de la Résistance.
La série repose tout entière sur un paradoxe, en fait le plus connu du voyage dans le temps, celui du grand-père où le voyageur maladroit tue son propre grand-père et empêche ainsi son propre voyage, donc ne tue pas son grand-père, donc n'empêche pas son voyage ... ad nauseam.
Ici c'est le fils qui envoie dans le passé celui qui deviendra son propre père.

Heureusement d'éminents scientifiques ont postulé l'existence du Multivers, une théorie qui suppose l'existence de multiple univers parallèles et donc de Terre parallèles.

Ainsi le voyage dans le Temps conduit celui qui l'entreprend non pas dans son propre passé mais dans celui d'une Terre parallèle où éventuellement il peut tuer son grand-père (qui en fait n'est pas "son" grand-père) voire le devenir. L'univers d'où il vient (le futur du voyageur) continue son existence alors que lui vit dans cet autre univers (son passé).
Tous ces univers qui co-existent ne suivent pas forcément la même évolution, certains doivent être assez semblables, alors que d'autres sont certainement totalement différents. Rappelons également qu'il n'y a pas non plus d'univers de "référence", le multivers existe un point c'est tout.


Ceci étant dit, rien ne prouve que le futur de Sarah Connor avant qu'elle ne rencontre le père de son enfant aurait été celui des Terminators.
Même après que des Terminators aient été envoyés dans le passé - c'est à dire le début de la série disons - on peut envisager un avenir sans Skynet.
Ce que laisse d'ailleurs accroire l'un des épisodes de la série puisque celui par qui Skynet doit voir le jour échoue à gagner un contrat avec l'armée, avant d'être tué.

Ce n'est bien sûr pas aussi simple ...... Le geste de Cameron introduit par ailleurs en filigrane une nouvelle approche, mais ceci est une autre histoire.

Une hypothèse que l'on peut d'ores et déjà envisager est celle qui consiste à voir dans le voyage dans le temps des Résistants la source, non pas de la victoire mais plus surement d'une épidémie.

En envoyant des agents dans le Temps pour empêcher Skynet de voir le jour , le John Connor adulte non seulement contamine tout le Multivers (du moins une bonne partie d'icelui) mais surtout sans pour cela réussir à changer son présent (le futur dans la série) puisque de fait il n'agit que dans des univers parallèles au sien.



... Terminator : Les Chroniques de Sarah Connor est en tout cas une série très agréable à regarder, portée par deux héroïnes interprétées avec beaucoup de conviction par deux actrices talentueuses et très crédibles dans leur rôle respectif, nonobstant quelques invraisemblances somme toute mineures.



À suivre ....




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.