Accéder au contenu principal

Même les cow-girls ont du vague à l'âme

... [..] Le problème du Chinetoque était qu'il ressemblait au Petit Homme qui possède les Grandes Réponses. Cheveux blancs qui descendent sur les épaules et peignoir crasseux, face marquée par le temps et sandales faites à la main, dents qui auraient rendu jaloux un accordéon, yeux qui clignotaient comme des ampoules de bicyclette dans la brume. Il était courtaud mais musclé, âgé mais bel homme et ô ! le fumet de son immortelle barbe. Il avait l'air d'être descendu du plafond de la Chapelle Sixtine en faisant un détour par une fumerie d'opium de Yokohama. Il semblait être capable de discuter avec les animaux de sujets que le docteur Dolittle n'aurait pas compris. Il paraissait être sorti en une galipette d'un parchemin zen, paraissait dire "presto" souvent, paraissait connaître le sens des éclairs et l'origine des rêves. Il avait l'air de boire la rosée et de baiser les serpents. Il avait l'air de la cape qui passe en un frou-frou sur l'escalier du Paradis. [...]



... Second roman de Tom Robbins que j'aie le plaisir de lire (après Mickey le Rouge dont j'ai abondamment parlé sur le forum Superpouvoir.com - actuellement en dérangement), Même les cow-girls ont du vague à l'âme dont le San Francisco Chronicles n'hésite pas à dire qu'il est plein de grâce, d'intelligence et de punch, offre une brillante et éloquente défense de l'excentricité et du non-conformiste.

C'est pas faux.

Car, le Chinetoque n'est pas le personnage le plus étonnant de ce roman.

Sissy Hankshaw est elle dotée des deux plus longs pouces du monde, La Comtesse est un magnat des déodorants intimes, on fait la connaissance avec une tribu indienne déconcertante : les Horlogiens. On croise des cow-girls bien sûr, et un psychiatre farfelu ...
Ces personnages, mais il y en d'autres, vivent une aventure extravagante extraite de l'imagination, qu'il a extrêmement fertile, d'un Tom Robbins en très grande forme.
Tom Robbins
dont on dit qu'il est le "Houdini de la métaphore" (le titre n'est pas usurpé) encensé par Thomas Pynchon himself prouve s'il en était besoin, qu'il est en tout cas un expert en haute fantaisie et, si le terme n'était pas si galvaudé un putain d'enculé de philosophe (à toi ami lecteur de découvrir le terme galvaudé dans cette saillie en italique).

Un superbe roman. Ni pouce ni moins !

***




Un jeune citadin décide de devenir cow-boy et part s'installer dans une région de l'Ouest Sauvage.
Après avoir construit sa cabane dans une vallée, il décide de couper du bois qu'il empile en un tas conséquent.

Cependant, conscient de son inexpérience il décide d'aller voir un chaman indien dont il a entendu parler pour lui demander s'il fera froid cet hiver.
Pour ce faire il entreprend de gravir la montagne particulièrement abrupte au sommet de laquelle vit le chaman et qui surplombe sa propre cabane.

Après trois jours d'une marche harassante il parvient au sommet, s'approche du chaman indien et lui demande :

-Excusez-moi sorcier, mais je voudrais savoir s'il va faire froid cet hiver ?

- Hiver être rude cow-boy, hiver être rude !

Le cow-boy redescend et entreprend de couper plus de bois. Après deux jours de travail son tas a considérablement augmenté mais encore sceptique il décide de retourner voir le chaman.

-Excusez-moi grand sorcier de vous déranger à nouveau mais va-t-il vraiment faire froid cet hiver ?

-Hiver être très rude cow-boy, hiver être très rude !

Le cow-boy redescend, recoupe du bois et .... décide de consulter une fois encore le chaman.

-Excusez-moi grand sorcier de vous déranger à nouveau mais va-t-il vraiment faire froid cet hiver ?

-Hiver être très très rude cow-boy, hiver être très très rude !

Le cow-boy s'apprête à redescendre quand lui vient une idée.

-Dites-moi Grand Sorcier, comment faîtes-vous pour savoir le temps qu'il fera ?

-Quand homme blanc couper du bois dans la vallée, hiver être très rude.

Commentaires

  1. Complètement d'accord avec le qualificatif d'"éloquente défense de l'excentricité et du non-conformisme". Je ne connaissais pas cet auteur avant de lire Même les cow-girls ont du vague à l'âme, et je replongerai avec plaisir dans son écriture extravagante.
    x

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …