Accéder au contenu principal

La Poupée Sanglante








Le roman merveilleux-scientifique est une fiction qui a pour base un sophisme ; pour objet, d'amener le lecteur à une contemplation de l'univers plus proche de la vérité ; pour moyen, l'application des méthodes scientifique à l'étude compréhensive de l'inconnu et de l'incertain.

Maurice Renard, octobre 1909



... Tournée en 1976 la série en six épisodes intitulée La Poupée Sanglante reste étonnamment encore aujourd'hui, d'une grande force.

Une mise en scène relativement statique - certains passages font irrémédiablement penser à du théâtre filmé - sert contre toute attente, un récit à l'ambiance extrêmement lourde de sous-entendus.
Le jeu des acteurs est proprement stupéfiant, on peut d'ailleurs sans travestir la vérité dire qu'ils ne jouent mais qu'ils sont les personnages.

Tout aussi saisissante, alors que les rapports entre les protagonistes sont terriblement chastes voire prudes, cette impression d'érotisme qui diffuse tout au long de la série, du moins lors trois premiers épisodes que j'aie vus pour l'instant.




PARIS 1925





Benedict Masson est un relieur d'art amoureux fou de sa voisine cependant, atrocement laid il n'ose pas l'aborder. Christine Norbert, la belle en question (et accessoirement la fille de l'horloger du quartier) fera le premier pas.

Saisissant le prétexte de quelques livres à relier, elle lui avouera son amour .... de la poésie.
Car nonobstant sa laideur notre relieur est un poète, et ce n'est semble-t-il pas le seul de ses secrets.

Si Christine Norbert est fiancée à Jacques Cotentin un fabuleux chirurgien en devenir elle n'en cache pas moins un étrange jeune homme à la beauté stupéfiante dans son placard. Ce qui est proprement stupéfiant aussi, c'est que son père et son fiancé sont au courant.

Le monde est flou c'est formidiable.


Ajoutez à cela une empouse, des disparitions de jeunes filles, l'ombre de Henri Désiré Landru et celle de Mary Shelley et j'en ai peut-être trop dit ...

Si l'occasion se présente n'hésitez pas à donner sa chance à cette série qui semble très prometteuse, et venez m'en dire des nouvelles si d'aventure vous croisez dans ce quadrant de l'univers.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.