Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2016

SAGA n°5 (B.K. Vaughan & F. Staples)

SAGA tome 5 : 
Après avoir assassiné la reine robot et kidnappé le nouveau-né princier, Dengo, homme de ménage avide de vengeance, cherche par tous les moyens à attirer l'attention des puissants du Royaume. 
Tandis que Gwendoline et Sophie partent en quête d'un remède capable de guérir les blessures du Testament, Marko et le prince robot se lancent à la poursuite du dangereux criminel.  
Contient : Saga (#25-30) 
J'aimerais être le Steve Gerber du commentaire©™  ou, la pop culture considérée comme une course de côte.
...Dès l'aube du siècle dernier Hugo Gernsback (RALPH 124 C 14+/1911) tente de greffer du mélodrame étasunien (simplifié) dans le cadre pas encore posé du tableau qui allait devenir la science-fiction. Inclure le trio qui compose la formule du mélodrame U.S. se révélera comme de résoudre la quadrature du cercle.  Le mélodrame américain (augmenté) :  • 1 jeune homme pas trop finaud/• 1 homme + âgé + riche et + intelligent/• 1 jeune femme (ou jeune fille) que les 2…

L'Espace de la révélation (Alastair Reynolds)

La découverte d'une fabuleuse cité enfouie sur la planète Resurgam suscite plus de questions qu'elle n'en résout. Sylveste, un archéologue, déchiffre l'histoire des Amarantins, des êtres mi-hommes, mi-oiseaux.  Un gigantesque vaisseau interstellaire décrépit, le gobe-lumen Spleen de l'infini.
Une tueuse à gage, des chimériques, des cyborgs, des simulations numériques, de la cryothermie, voilà un petit éventail de ce que réserve L'Espace des révélations. 
…. Ma lecture de Diamond Dogs, Turquoise Days d’Alastair Reynolds (Pour en savoir +) m’a immédiatement donné envie de lire le premier tome de ce qu’on appelle le cycle des Inhibiteurs : L’Espace de la révélation.
Et ce roman est le 1er qui me donne une telle « cognitive estrangement » autrement dit une telle « distanciation cognitive ».
Le concept de « cognitive estrangement » a été inventé par Darko Suvin à la fin des années 1970, et porté à la connaissance de ses lecteurs lorsqu'il publie Pour une poétique de…

BANNIX (Goscinny & Uderzo)

....Dans un précédent commentaire©™ consacré au personnage de Luke Cage/Power Man (Pour en savoir +), je faisais une référence à la série télévisée Les Bannis, il se trouve que dans le magazine PILOTE (le n° 580 du 17 décembre 1970 pour être précis) cette série a été plutôt joliment pastichée.  Un peu à la manière de ce que faisait le magazine américain MAD, ce qui quand on connait un peu la biographie de René Goscinny n'est pas forcément un hasard.
Dans le même genre je vous avais déjà proposé un pastiche du film Soleil Rouge (Pour en savoir +).

Diamond Dogs, Turquoise Days (Alastair REYNOLDS)

Diamond Dogs, ou le stupéfiant périple d'une expédition aux confins d'une planète morte abritant la Flèche. Turquoise Days, ou la rencontre des Mystifs, le plus fascinant des organismes marins de la planète Turquoise. Diamond Dogs, Turquoise Days réunit deux récits magistraux d'Alastair Reynolds, inscrits dans son cycle des Inhibiteurs
....C'est comme d'arriver dans un nouvel endroit - ce qui est d'ailleurs le cas sur le plan de l'imaginaire - qu'on aime immédiatement sans trop savoir pourquoi ; un coup de foudre sûrement. Un nouvel endroit qui (jeu de mots peu subtil) vous met immédiatement à l'envers et vous pousse à y entrer le plus rapidement possible. À la fois pressé et anxieux.  Alastair Reynolds parvient à inventer un tout nouveau quadrant de l'imaginaire (c'est en tout cas comme ça que je l'ai vécu à mon niveau) ; suffisamment nouveau, tout en ne l'étant pas radicalement, pour rendre curieux sans rebuter. pas si facile que ç…

L'Effet KIMOTA !

« Le monde devient plus intéressant dès qu’on essaie de le cadrer. Cela aiguise la perception. »  Michel Houellebecq 
 …. Le monde de la fiction aussi, serais-je tenté de dire mon cher Michel. …. Le « grim and gritty » autrement dit le ripolinage de séries relativement innocentes en histoires à l’ambiance sombre et violente (voire sordide) est une ligne de fuite dont on s’accorde généralement à voir la mise à feu au milieu des années 1980 avec comme œuvres fondatrices, si j’ose dire Watchmen et le Dark Knight de Frank Miller. Même si un petit peloton de séries de la même décennie peut prétendre rejoindre l’échappée de ces deux chefs d’œuvres (n’ayons pas peur des mots).
Toutefois, pour que cela soit bien clair j’entends par « grim and gritty » non pas l’astuce d’introduire des « effets de réel » dans les scénarios : l'éditeur Marvel l’avait fait dès le début des années 1960 lors du lancement de ce qui allait devenir l’univers partagé que nous connaissons aujourd’hui. 
Ce même éditeur a…

POWER MAN (Collection Hachette) n°14

Luke Cage est l'exemple même du super-héros du XXI° siècle. 
C'est un dur à cuire et ses ennemis sont à son image. Mercenaires à ses débuts, il est devenu membre des New Avengers
Dans cet ouvrage, Luke s'apprête à retrouver ses racines au cours d'une missions qui le renvoie dans les rues qui l'on vu grandir. 

Cet ouvrage recueille certaines des plus grandes aventures de Power Man, et explique comment ce personnage est devenu une icône : Avengers, Défenseurs, Héros à louer

Ce volume contient New Avengers : Luke Cage 1 à 3 et Power Man and Irons Fist 50 à 53 
....« Sweet Christmas! » 
 …. Luke Cage est inventé par Archie Goodwin, John Romita Sr. et George Tuska en 1972 pour l’éditeur étasunien Marvel dans la foulée de l’apparition du courant cinématographique connu sous le nom de blaxploitation - dont on peut dire que Sweet Sweetback’s Baadasssss Song (1971) de Melvin Van Peebles est le carbone 14 (même si plusieurs films peuvent sans ambages revendiquer un rôle de pr…

The Thing alias Dan Willis

.... Faire ce costume de la Chose a pris 10 mois à Dan Willis, il est réalisé à partir de la mousse de rembourrage utilisée pour certains canapés.

JUPITER : LE DESTIN DE L'UNIVERS (Andy & Lana Wachowski)

Plongé en ce moment dans THE HYPERNATURALS, une très bonne série de S-F en BD (Pour en savoir +), j'ai eu envie d'y rester - dans la S-F - et je me suis regardé Jupiter Ascending : REALISATEURS & SCENARISTES : Andy & Lana Wachowski (La trilogie Matrix, Speed Racer, Cloud Atlas...) 

DISTRIBUTION : Mila Kunis, Channing Tatum, Sean Bean, James d'Arcy, Vanessa Kirby, Eddie Redmayne, Douglas Booth, Jo Osmond ... 

INFOS :
Long métrage américain Genre : aventures/science-fiction Titre original : Jupiter Ascending 
Année de production : 2013 
Date de sortie française : 04/02/2015 

SYNOPSIS :

Née d’un père fils de diplomate britannique passionné par les étoiles, et d’une mère russe, Jupiter Jones émigre - à son corps défendant - aux U.S.A. où devenue adulte, elle gagne sa vie en nettoyant les maisons des bourgeois chigagoans. Jusqu’au jour où elle échappe à une tentative d’assassinat par des extra-terrestres grâce à Caine, un mercenaire interplanétaire.
….La Matrice 

….Jupiter le des…

THE HYPERNATURALS : Sublime

....On dit souvent qu’une bonne histoire c’est un bon « méchant », un bon « villain », et c’est bien entendu souvent le cas.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard à mes yeux : écrire un scénario c’est comme planifier un crime (toutes choses égales par ailleurs).  Tous les cas de figure doivent être envisagés par le « programmeur » (Pour en savoir +) qu'il soit un criminel ou un scénariste.  L’un doit pouvoir capturer sa victime et échapper à la vigilance des enquêteurs, l’autre doit la captiver en échappant à sa vigilance, entendu que pour le second cas le lecteur, le spectateur ou l’auditeur sont tout autant « victime » qu’enquêteur.  Et j’irais plus loin. 
Si le scénariste doit être tour à tour chacun de ses personnages pour leur donner suffisamment de vitalité et « d’effets de réel » pour être convaincants, celui dans lequel il doit le plus s’investir et sans nul doute le « villain » pour satisfaire l'équation que j'évoquais : bon méchant = bonne histoire. 
Les histoires les plus…

The Hypernaturals (#2 à 4) BOOM! Studio

....En fonction de la manière dont on envisage la plupart des histoires de super-héros, et a fortiori de héros ou comme ici d’hyper-héros, l’équipe des Hypernaturals, dans un contexte disons informatique, comme j’ai envisagé que la série avait été écrite (Pour en savoir +) - ce qui est somme toute logique puisque le nanocène a été configuré par une A.I. (Intelligence Artificielle) - , peut être considérée très sérieusement comme l’équivalent d’un logiciel anti-virus. À condition de considérer le « villain » comme un virus, comme un antagoniste. Mais on peut aussi voir la situation de départ (la société telle qu’elle est à l’instant T) comme un programme donné, et l’action du supposé (ou avéré) « villain » comme la volonté d’installer un nouveau programme. Toujours donc, dans une optique informatique. 
Et à partir de ce moment-là, le « villain » d’un bon nombre de fictions et pas seulement dans THE HYPERNATURALS, peut être vu comme un programmeur (dans le cadre de la programmation inform…